ÉCOLE DIDEROT à BERRIAT : ENCORE des PRÉFABRIQUÉS

RUE M.RIOLLET: la VIE QUOTIDIENNE AU TEMPS de M.PIOLLE
ESTACADE BERRIAT : POURQUOI LA SUPERBE FRESQUE A ÉTÉ EFFACÉE ?

La cour de l’école maternelle Diderot se trouve amputée par l’installation d’un préfabriqué afin d’accueillir les enfants en surnombre à cette rentrée scolaire. « Le temps que se termine le chantier de la nouvelle éco­le » comme le dit pudiquement le Dauphiné ( 6/9/17). En effet les 3 classes de  maternelle qui manquent doivent ouvrir mais en… septembre 2019.

L’école « mouchoir de poche » devient aussi école primaire avec l’ouverture d’une classe pour faire face aux besoins. « Pour les pa­rents, la mue a lieu dans l’in­quiétude de voir leurs mi­nots apprendre en classe, serrés comme des sardines « raconte aussi le « Dauphiné » .

LA BÉTONISATION du QUARTIER N’A PAS ÉTÉ PRISE EN COMPTE

La bétonisation massive du quartier n’a évidemment pas été prise en compte comme on l’a observé avec la création en catastrophe d’une classe sur le toit d’Anthoard supprimant aussi une salle commune. Ça n’empêche pas la municipalité de poursuivre le projet de bétonnage de l’ilot Raymond alors que le quartier réclame … une école et du vert.

Bien entendu Eric Piolle continue à se promener au milieu des parents d’élèves en réaffirmant que sa priorité est le scolaire. Alors qu’en poursuivant la densification à outrance sans anticiper les besoins scolaires, il se place dans la continuité des élus PS et Verts Grenoblois : l’accueil des élèves est une variable d’ajustement des constructions qui intervient bien après..

QUAI Claude BERNARD FERMETURE d’UNE MATERNELLE et… 1000 LOGEMENTS EN CONSTRUCTION 

Si à Diderot l’école explose et les conditions ne sont pas optimales en particulier pour l’accueil des maternelles, un peu plus loin, quai Claude Bernard la municipalité veut fermer l’école du même nom qui fonctionne bien, dispose d’un espace et d’un jardin. Eric Piolle qui met en oeuvre un grand «  plan école ambitieux » (!) affirme ne pas disposer de 180 000 € pour réparer la toiture. Les enfants devraient s’entasser dans la future école Simone Lagrange dont la disposition implique que les élèves des classes maternelles ne verront pas le jour. Une école Lagrange qui n’a pas anticipé non plus les 1000 futurs logements de l’esplanade et leur apport d’enfants et d’élèves.

Ainsi va Grenoble. Les parents d’élèves  sont souvent manipulés, orientés à protester seulement sur les postes manquants afin de faire oublier les retards colossaux de la municipalité en équipement scolaire. Ils doivent avaler au centre ville la nouvelle amputation du parc Hoche pour faire face aux besoins en école des 1 200 logements construits entre la rue Hoche et la caserne de Bonne!

E.PIOLLE PRÉPARE LES FUTURS RETARDS EN ÉQUIPEMENT SCOLAIRE

Ailleurs on leur demande de patienter mais pendant que d’une voix Eric Piolle et Fabien Malbet (Verts/PG) affirment vouloir rattraper les retards des municipalités Destot (PS) auxquelles leur parti politique (Verts/Ades) a participé 13 ans, de la main ils poursuivent la bétonisation de la ville qui induit les futurs besoins scolaires .

A quand un moratoire du béton comme le propose Alain Carignon avec une prospective transparente et publique des besoins scolaires de la ville, des chiffres précis sur les transferts d’élèves du sud vers le nord pour échapper aux ghettos ? Plutôt que la fuite en avant et les rustines au détriment de l’éducation?

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *