Rue DURANT SAVOYAT : LES ARBRES ONT DISPARU AUSSI

Y.MONGABURU (Verts/Ades) CRÉE LES AGENCES de L'IMMOBILITÉ
AUJOURD'HUI LE TRAM à 30 ANS : MERCI A.CARIGNON, BRAVO les GRENOBLOIS

 

Décidément Eric Piolle (Verts/PG) n’aime pas les arbres. Rue Durant Savoyat entre l’école Simone Lagrange en construction et les 520 logements du Clos des Fleurs, les arbres ont été consciencieusement abattus également. Avec un systématisme qui force l’admiration. Aucun n’a été oublié.

A leur emplacement on goudronne, on gravillonne, on élargit la voirie avec célérité et dynamisme.

On se souvient du discours larmoyant laborieusement lu par Sonia Yassia (Verts/PG) au Conseil Municipal qui ne voulait pas de l’élargissement de A 480 parce que l’école Joseph Vallier est implantée aux abords ( faisant l’impasse sur la pollution dont sont victimes les élèves du fait du bouchon) mais qui améliore allègrement la voirie au droit de l’école Simone Lagrange en construction en bordure de la rue Durant Savoyat.

La voirie est aménagée aux abords de l’école en construction

L’avantage – si on ose dire- avec nos Rouge/Verts grenoblois ? Il suffit de les écouter pour comprendre leur duplicité et  leur n’importe quoi dans le discours.

LES GRANDS SUJETS SONT REMPLACES PAR LES CURE DENTS 

Ainsi ils comparent les arbres qu’ils plantent à tous ceux qu’ils abattent. Sauf que les grands sujets sont remplacés par des cure dents, que l’oxygène, l’ombre produits par les arbres anciens sont définitivement perdus. Comme rue Lesdiguières, cours de la Libération, place de la Gare ou place Victor Hugo. Partout c’est l’hécatombe généralisée. Eric Piolle a refusé la pétition déposée à ce sujet par Grenoble, le changement. Sur ce sujet aussi il veut définir lui-même les termes  et les chiffres de la pétition!

Quartier Jean Macé ces arbres ont disparu et le macadam progresse encore dans une ville déjà ultra-bétonnée, à proximité d’un quartier – la presqu’ile- lui même ultra bétonné appelé par anti-phrase  » éco-quartier « .

On le sait la prochaine étape est la destruction de la coupure verte de la petite esplanade qu’Eric Piolle veut bétonner avec Maryvonne Boileau la présidente (Verts/Ades) de Grenoble Habitat. Il n’est pas exclu que ce soit la saignée de trop et que les grenoblois ne laissent pas faire.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *