DROGUE à GRENOBLE: E.PIOLLE (Verts/PG) « SE FROTTE LES MAINS » selon  » Le Monde »

DROGUE : C.JACQUIER (Verts/Ades) DÉCRIT L'ENFER de TRÉS CLOITRES
QUE FAIT LE BUS de la TAG à BORDEAUX ?

 

 » Pas un instant ébranlé par ces critiques, bien au contraire, l’édile se frotte les mains » écrit le Monde ( 7/8/17). Après le constat alarmant de Jean-Yves Coquillat, Procureur de la République selon lequel « il n’a jamais vu une ville aussi gangrenée et pourrie par la drogue » , Eric Piolle se réjouit  selon le quotidien du soir!

Car on avait mal compris les propos. Si Grenoble est tout à coup la capitale de la délinquance explique le « Monde » c’est à cause de son histoire et de sa géographie… Elle est proche de l’Italie et des… stations de sports d’hiver qui – comme chacun sait- sont des hauts lieux des trafics.

Louise COUVELAIRE ( Le MONDE): LA VOIX de SON MAITRE 

Il se trouve toujours une « journaliste » -en l’occurrence Louise Couvelaire – pour se faire la voix de son Maitre. On se demande en effet pourquoi Chambéry et Annecy qui sont proches de stations de sports d’hiver autrement plus fréquentées par des hauts revenus ( Courchevel, Megève…) ne prennent pas la place de Grenoble. Car de Méaudre à Corrençon et même en passant par l’Alpe d’Huez et les 2 Alpes ce ne sont  pas les consommateurs de stupéfiants qui dominent parmi les skieurs…

JAMAIS LA VILLE N’A ÉTÉ AUSSI MAFIEUSE 

Bien entendu dans l’histoire de Grenoble les Italo-Grenoblois ont existé et les caïds arabes leur ont succédé. Mais jamais la ville n’a été aussi mafieuse, le domaine économique étant pour la première fois de son histoire de plus en plus pénétré. Jamais toute la cité n’avait été autant impactée avec des milliers et des milliers d’habitants qui ne peuvent plus vivre normalement, des grenoblois qui en appellent en vain à la puissance publique comme on l’a vu encore à Jouhaux ou rue Raoul Blanchard ce mois de juillet.

UNE DÉLINQUANCE de 63 % SUPÉRIEURE à la MOYENNE des VILLES COMPARABLES

Grenoble connaissait déjà en 2015 une délinquance de 63 % supérieure à la moyenne des villes comparables selon le Ministre de l’Intérieur de l’époque, un certain Bernard Cazeneuve,  soit 7000 actes de délinquance de plus que les autres villes!  Personne ne peut imaginer que ces chiffres ne se sont pas aggravés avec les mesures et les annonces de la municipalité Piolle ( pas de caméras de vidéo-surveillance, pas de police armée, hébergement « inconditionnel » des étrangers en situation irrégulière, laxisme sur les squats et les formations de bidonvilles ) et bien entendu Louise Couvelaire n’en cite aucune.  » Le Monde » a une ligne éditoriale partisane qui gomme les faits.

LE CONSTAT DE JY COQUILLAT EST  » LUCIDE et COURAGEUX » 

Mais Eric Piolle fait surtout le malin, comme à son habitude, au mépris des grenoblois. Se « frotter les mains » parce que la ville est gangrenée, pourrie par la drogue est tout simplement écoeurant. Car selon lui  » Jean-Yves Coquillat a raison ! son constat est lucide et courageux. Nous dépensons des fortunes pour un travail vain ».

UN NOUVEAU CLIN D’OEIL APPUYÉ à la DÉLINQUANCE

Outre que la municipalité laissant faire, elle ne dépense pas des « fortunes », il s’agit pour lui d’enrôler le Procureur en faveur de la thèse de la dépénalisation du cannabis qui a l’avantage de donner un alibi à l’immobilisme;  de faire un nouveau clin d’oeil appuyé à la délinquance qui comprend qu’elle a quartier libre; de  s’attirer les sympathies des consommateurs en leur cachant les méfaits sur leur santé. Rappelons en effet les atteintes au cerveau, à la mémoire, les pertes de motivation, les crises d’anxiété ou de dépression qu’elle engendre.Les conséquences irréparables du mélange même en petite quantité avec l’alcool, comme les dangers de la conduite après consommation.

PEU IMPORTE LA SANTÉ DES JEUNES, POURVU QU’ON DRAGUE LEURS SUFFRAGES 

Mais peu importe la santé pourvu qu’on drague les suffrages. Au plan économique  cette industrie  devenue un pilier de la ville avec ses ramifications profondes – ce qui peut expliquer aussi des prises de position politiques- se reconvertirait immédiatement dans des drogues plus dures ou de synthèse afin de conserver un chiffre d’affaires dont elle ne peut plus se passer.

SI LE PROCUREUR JUGE SES MESURES INEFFICACES, QU’IL DÉMISSIONNE 

Si le Procureur J-Y Coquillat estime vraiment que la politique de répression  inefficace  il doit démissionner de son poste. C’est la seule attitude digne de possible face à un  fléau qui tue. Mais cette interprétation d’Eric Piolle est doublement traumatisante pour les grenoblois .Le Procureur ne reconnait il pas par ailleurs que  » le trafic s’intensifie et se durcit, ce qui fait peser une pression invivable pour les habitants » ( le Monde)

UNE AUTORITÉ JUDICIAIRE INERTE FACE à la PROGRESSION de la MAFIA

Traumatisante d’abord parce que l’autorité judiciaire semble totalement inerte face à la progression des pratiques mafieuses dans l’économie avec l’argent de la drogue. Pas besoin d’être pour ou contre la légalisation du cannabis pour s’y attaquer. Or il semble qu’à Grenoble on regarde faire les bras croisés.

LES GRENOBLOIS ABANDONNÉS EN PREMIERE LIGNE 

Ensuite parce que les grenoblois eux-mêmes ne peuvent pas être les otages de positions politiques qui ont pour conséquence de les abandonner en première ligne alors que les balles sifflent en vrai sur les trottoirs comme on le voit à St Bruno ou à Jouhaux. Il y aura bientôt des blessés ou des morts innocents.

LES DÉLINQUANTS DÉLOGENT LES PROPRIETAIRES et les LOCATAIRES de HLM 

Ne pouvant plus vivre en paix dans une grande partie de la ville ils sont de plus en plus nombreux à être contraints de déménager de leur HLM ou de partir et vendre leur appartement à perte.

Grenoble a déjà connu de fortes connivences magistrats/gauche et Verts qui ont permis le développement d’opérations politiques avec des connexions organisées par le clan actuellement au pouvoir, celui des Verts/Ades de Raymond Avrillier et Vincent Comparat. Il ne faudrait pas que ce système s’étende encore et le déséquilibre des pouvoirs s’aggrave .

LES ÉLUS de GAUCHE et VERTS ONT BÉNÉFICIÉ D’UNE ÉTRANGE MANSUÉTUDE 

Les élus PS/PC et  Verts/Ades ont bénéficié  d’une étrange mansuétude de la justice étendue sur plusieurs décennies : dossiers Destot, Vallini, Alpexpo... récemment encore celui de Yann Mongaburu (Verts/Ades) classé sans suite et on ne sait pas ce qu’il en sera de la saisine par le Parquet des faits rapportés par la Chambre des Comptes sur la gestion de Jean-Paul Trovero ( PCF) à Fontaine. Par ailleurs des agents de l’autorité judiciaire se sont faits les auxiliaires de Raymond Avrillier pour abattre la droite jusqu’à la campagne municipale de E.Piolle à laquelle a participé un Procureur Adjoint.  

LA PRÉSOMPTION D’IRRESPONSABILITÉ des ÉLUS PS/PC et VERTS/ADES 

Car lorsqu’Elisa Martin affirme dans « le Monde »  « prétendre que la solution est locale est un mensonge » , c’est elle qui ment en se faisant passer pour irresponsable: les attributions de logements HLM,  là ou prolifèrent les dealers, le refus d’établir des amendes à ceux qui terrorisent un immeuble pour exercer leur pouvoir et imposer la loi du silence, l’absence de policiers municipaux dans les quartiers ou , désarmés, ils ne peuvent entrer, l’appel à tous les étrangers en situation irrégulière qui n’ont d’autre solution que de vivre dans la marginalité, le refus de toute sanction à l’encontre de ceux qui sont hébergés  par la ville et commettent des agressions, souillent, … sont des facteurs aggravants de la situation locale qui expliquent la situation.

UNE RESPONSABILITÉ ÉCRASANTE des MUNICIPALITÉS

Les municipalités qui se succèdent depuis depuis 20 ans ont au contraire une responsabilité écrasante dans l’évolution d’un Grenoble tiré vers le bas qui a – sauf pour la recherche- quitté le top 10 des grandes villes attractives ( Lyon, Bordeaux, Nantes, Strasbourg…) pour rejoindre Clermont Ferrand, Limoges ou  Le Mans.

DES SOLUTIONS CONCRÈTES SONT PROPOSÉES par Alain CARIGNON

Toutes les tentatives pour les exonérer de leur responsabilité sont vaines. La lutte contre la délinquance afin que Grenoble retrouve la moyenne des villes en la matière et fasse mieux est possible. Des solutions sont proposées par Alain Carignon et les collectifs de citoyens qui y travaillent. Un plan global d’actions est possible. Eric Piolle refuse même de les soumettre à pétition.

Se « FROTTER LES MAINS » RELÉVE du CYNISME HABITUEL d’E.PIOLLE 

Car la municipalité est au contraire au premier rang pour décider, impulser, entrainer l’autorité judiciaire, seconder la police Nationale, donner le signal de la répression aux délinquants plutôt que le laisser faire. C’est ce qu’attendent les grenoblois.

L’annonce de se « frotter les mains » de la situation dramatique de la ville afin de prouver la suprématie d’un dogme dangereux ,la tentative de transformer la  Bérézina que vit Grenoble en aubaine politique avec la complicité du  » Monde »  relèvent du cynisme habituel de la municipalité Piolle. Elle oublie encore qu’elle a été élue pour traiter les problèmes des grenoblois. Pas pour imposer son idéologie.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *