PARKINGS: GRENOBLE GARDE LES OPÉRATEURS PRIVÉS

LES POLICIERS de PLUS EN PLUS ATTAQUÉS PAR LES DÉLINQUANTS
UNE HABITANTE du CENTRE VILLE à E.PIOLLE : "J'ai emménagé vendredi, depuis je dors à l'hôtel..."

De pantalonnade en pantalonnade. Nos Rouge/Verts Grenoblois ont confié l’éclairage public à Bouygues/Vinci le retirant au service public qui le gérait depuis 100 ans !

Et maintenant la Métro ou ils exercent le pouvoir  réel vient de choisir la formule de la Société d’Economie Mixte (SEM) honnie pour que les 21 parkings de la ville soient gérés par un privé.

Ainsi se joue l’épilogue de « l ’engagement » N°50  de la liste Piolle : « retirer au secteur privé la gestion des parkings »(!).

Bien entendu la municipalité Piolle -compétente en tout ce qui concerne l’économie comme on le voit dans sa gestion de la ville- a défendu officiellement le principe de la gestion publique des parkings devant le Conseil de la Métro. Avançant des chiffres mirobolants de recettes basés sur des »études «  fantaisistes. Ainsi selon eux la redevance oscillait entre à 3,6 millions d’euros, corrigée à 2,9 millions après débat (!) soit 7 00 000 € de flottement pour commencer.

R.AVRILLIER (Verts/Ades) : LES RECOURS à GÉOMÉTRIE VARIABLE 

Christophe Ferrari le Président (PS) de la Métro, inquiet, a donc fait voter par la majorité la gestion des parkings par une SEM société d’économie mixte un peu particulière:une Semop, une Sem à opération unique.

Ces SEM permettent à la collectivité d’être majoritaire et de s’associer à un privé pour gérer. Ce que les dogmatiques Rouge/Verts combattent à coups de recours permanents sur des vices de forme, comme Raymond Avrillier (Verts/Ades) le fait pathologiquement pour GEG depuis 30 ans! Parce qu’elle a été créée par la municipalité d’Alain Carignon et pourtant confirmée 19 ans par les municipalités Destot auxquelles il a participé comme Adjoint.

BEAUCOUP de CONFUSION et de POSTURES QUI CACHENT L’ESSENTIEL 

Par contre les mêmes épargnent la SEMITAG, également SEM ! Leurs critères relèvent de leurs obsessions, de leurs vindictes personnelles, aucunement d’une quelconque rationalité.

Pour critiquer le choix de la Métro sur les parkings, les Verts/Ades de Raymond Avrillier et de la famille Comparat (Vincent, Laurence, M.Boileau) ont publié un communiqué pour  juger « Cette décision est incompréhensible, sauf à vouloir privilégier un partenaire privé dont on n’a pas besoin« .   Ouvrant (déjà) la voie aux recours car «La mise en concurrence de l’actionnaire privé est une opération délicate et sujette à des contestations des sociétés non retenues. » 

Beaucoup de confusion et de postures habituelles qui font naitre le soupçon de coups à plusieurs bandes.

Y.MONGABURU (Verts/Ades) S’EST FAIT PORTER PÂLE POUR LA DÉLIBÉRATION 

Yann Mongaburu le Vice-Président (Verts/Ades) aux déplacements qui devait porter la délibération s’est aussi  fait porter pale, « absent des avant-débats, puis silencieux lors du conseil de la Métro«  note Place Gre’Net. Il a été remplacé par Ludovic Bustos, Maire de Poisat,  autre Vice-Président (PS) qui joue les supplétifs des Rouge/Verts grenoblois en toutes circonstances, soutien zélé, bien heureux d’exister grâce à ce rôle.

Fidéle à ses méthodes la municipalité Piolle avait obtenu que la «Commission consultative des services publics locaux (CCSPL), » émette un avis défavorable au choix de la gestion des parkings par une SEM. Toujours ces « citoyens ou ces usagers indépendants enthousiastes « qui manifestent leur soutien aux options d’Eric Piolle.

MJ SALAT (PS) « DÉPLORE LES MÉTHODES »de E.PIOLLE 

Mais les Rouge/Verts Grenoblois confondus ont du faire profil bas à la Métro. Marie-Jo Salat une autre Vice Présidente (PS) de leur majorité a dénoncé «des lobbyistes» qui ont fait pression sur la commission ajoutant «  Je déplore ce type de méthodes ». (DL du 2.7.17) . Eric Piolle qui était visé a répondu avec sa mauvaise fois coutumière: « Je suis étonné d’entendre parler d’instrumentalisa­tion.«

Mais ont ils été doublement instrumentalisés?

Au final il y avait eu quatre votes contre dans cette commission,  trois pour et six abstentions, ce qui montrait que les « citoyens ou usagers indépendants » n’étaient pas aussi enthousiastes!

UN PARTAGE ORGANISÉ DES RÔLES ? 

Sachant de toute façon que la délibération permettant aux opérateurs privés de conserver la gestion des parkings grenoblois serait adoptée nos Rouge/Verts pouvaient voter contre. Dans une atmosphère Sénatoriale, feutrée, ou les arrière-pensées affleuraient, les votes ont donc été conformes aux positions publiques.

Mais on voit mal Christophe Ferrari  effectuer ce choix tout seul, sans l’assentiment de ceux dont il dépend dans un partage organisé des rôles. Quels accords et qu’est-ce que cache tant de sophistication pour que la population n’y voit que du feu ? Ce sera bien dans l’opacité que les mêmes opérateurs seront choisis pour continuer à gérer les parkings grenoblois. Et l’engagement 50 rejoint la poubelle encombrée des promesses non tenues.

Source : article Métropole : la gestion future en société d’économie mixte des parkings en ouvrage provoque un tollé | Place Gre’net – Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *