COURS BERRIAT : LA DÉSOLATION ….

La municipalité a aligné les propos dithyrambiques pour inaugurer le nouveau jeu pour enfants. Place St Bruno  « la Dragonne est appelée à devenir un modèle de réalisation artistique urbaine de l’Isère (…)  elle jouera un rôle prépondérant dans le projet d’embellissement et d’aménagement Elle est « symbolique de la mixité et du mieux vivre ensemble, dans une métropole qui se veut apaisée  (!) Elle va marquer un tournant dans la vision qu’a le public du quartier Saint-Bruno » 

LA POLITIQUE de RÉGRESSION MUNICIPALE A DISPARU DERRIÈRE LA DRAGONNE…

N’en jetez plus ! Le problème pour Eric Piolle est qu’il en fait toujours un peu trop. Ses mots dépassent sa pensée ou la reflètent très bien ? Dans les deux cas c’est inquiétant.

Car les menaces sur le centre social Chorrier Berriat, le passage en force rues Raspail et  du Drac, les promesses non tenues à Cap Berriat, la poursuite de la bétonisation de l’ilot Raymond, l’effondrement du commerce, la paupérisation et l’insécurité du quartier, la bataille contre l’Union de Quartier à propos des pratiques dans les marchés n’ont pas disparu grâce à l’apparition bienheureuse d’une Dragonne.

POUR LA MUNICIPALITÉ PIOLLE UNE ACTION DE BASE EST EXCEPTIONNEL 

Réalisant enfin des jeux pour enfants dans un quartier ou ils sont également très dégradés et souillés la municipalité veut faire passer cette action pour un exploit. Tout le tintamarre des faux « budgets participatifs » et des « citoyens » très proches d’elle ont été mis en musique afin que cette action de base de la vie municipale soit présentée comme un exceptionnelle. En fait elle l’est puisque la municipalité Piolle n’assume ses devoirs que par exception.

Car pour le reste le quartier n’est absolument pas « embelli » contrairement à ses affirmations. Partout, dans toute les rues, y compris place Saint Bruno c’est la désolation qui prévaut.

PAR QUI ET QUOI LES COMMERÇANTS QUI FUIENT SONT ILS REMPLACÉS ? 

Il y a tout à craindre des départs de commerçants du fait de l’insécurité. Cette commerçante qui a annoncé son départ de la ville qu’elle veut fuir après 7 attaques en un mois est représentative de l’ambiance du quartier. Mais par qui et quel type de commerce ces départs sont ils remplacés ?

LA VALEUR des BIENS S’EFFONDRE : les PROPRIÉTAIRES SPOLIÉS

L’effondrement de la valeur des biens générale à Grenoble par rapport aux villes comparables est accentuée quartier Berriat, les propriétaires étant spoliés. A partir d’Europole qu’elle a lancé, la municipalité Carignon avait voulu que le quartier Berriat, en conservant son caractère, sa mixité et sa personnalité soit tiré vers le haut.

TIRER LE QUARTIER VERS LE HAUT EN CONSERVANT SA MIXITÉ SOCIALE

Malheureusement l’absence de toute vision, l’immobilisme et la volonté de créer des réserves électorales ont conduit les successeurs d’Alain Carignon de tirer le quartier vers le bas, de rompre les équilibres, de laisser se développer de véritables tribus qui font la loi. 

La municipalité Piolle doit stopper cette dérive et reconquérir les rues une par une afin que le quartier demeure un quartier à vivre.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *