ESPLANADE : Les GRENOBLOIS NE LAISSERONT PAS ABATTRE LES ARBRES

CLASSEMENT du BIEN ÊTRE : GRENOBLE DERNIÈRE GRANDE VILLE
BORDEAUX à 2 HEURES de PARIS: GRENOBLE CHERCHE du PÉTROLE...

Eric Piolle a annoncé au DL (20/6/17) que la petite esplanade serait densifiée (920 logements à R +9) et les dizaines d’arbres, des sujets anciens et magnifiques seraient abattus.

Cette fois les grenoblois ne laisseront plus faire. Place Victor Hugo ( 19 marronniers) cours de la Libération (65 platanes) dans toutes les rues la municipalité s’acharne. Il y a bientôt un an elle a abattu les superbes cerisiers du japon de la place de la gare  qui n’étaient pas malades pour un projet futur inconnu : en attendant c’est un no man’s land à voitures qui occupe l’emplacement des arbres.

DES DIZAINES et DES DIZAINES D’ARBRES SERAIENT ABATTUS 

On vient de voir ce qu’il en est piscine Jean Bron ou les usagers vont maintenant souffrir de la chaleur parce qu’une dizaine d’arbres ont été abattus du fait de non respect de leur protection pendant les travaux.

Mais sur la petite esplanade ce sont  des dizaines et des dizaines d’arbres qui figurent parmi le patrimoine naturel de la ville que la municipalité Rouge/verts veut faire tomber pour satisfaire sa folie bétonnière : 920 logements sur 3,3 hectares. Ce serait une des hécatombes verte les plus importantes que Grenoble ait connu. Une véritable saignée.

920 LOGEMENTS : BEAUCOUP d’APPARTEMENTS SANS SOLEIL NI VUE SUR LES MONTAGNES

Pour construire beaucoup d’appartements qui ne verront ni le soleil ni les montagnes contrairement aux fausses promesses de Vincent Fristot l’Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme.

Maryvonne Boileau autre élue (Verts/Ades) qui préside Grenoble-Habitat est une stakhanoviste du béton : elle a déjà commencé les constructions et les bulldozers s’engageront sur ce site boisé dès qu’elle aura déposé les nouveaux permis.

Ce sont les mêmes personnes désormais élues qui étaient suspendues aux arbres du Parc Paul Mistral avant la construction du Stade des Alpes qui ont pris cette décision folle. Ils ont triché et menti aux Grenoblois.

Un comité de vigilance et de défense de ce patrimoine arboré de l’entrée de la ville devrait se mettre en place afin d’éviter une fois de plus  que l’irréparable ne soit commis. Cette fois c’est trop. 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *