JEUDI: LES ÉCOLIERS GRENOBLOIS SANS CANTINE SCOLAIRE

BORDEAUX à 2 HEURES de PARIS: GRENOBLE CHERCHE du PÉTROLE...
A.CARIGNON: " Simone VEIL, l'HONNEUR, LA FORCE et la CONVICTION"

Les écoliers grenoblois ont bien terminé l’année scolaire!  Jeudi 29 juin les parents d’élèves ont été informés après que leurs enfants soient entrés à l’école qu’il n’y aurait pas de cantine scolaire à midi!

L’efficace (!) Adjointe au personnel, Maud Tavel ( Verts/PG) a envoyé des SMS aux parents d’élèves après 8h30 le matin. Fabien Malbet l’Adjoint au scolaire (Verts/PG) était aux abonnés absents. Probablement déjà en vacances. Il dégaine plus vite pour fermer des écoles comme on le voit à Claude Bernard ou pour dire non à des travaux indispensables comme à la Houille Blanche.

UNE MÉRE:  » QUAND MÊME, C’EST HONTEUX » 

« Il est 8 h 40 quand elle et son mari reçoivent un SMS de la Ville de Grenoble les avertissant qu’il n’y aurait pas de cantine  raconte le « Dauphiné Libéré  » ( 30/6/17) « et qu’il fallait prévoir un re­pas froid. Sauf que mon mari et moi travaillons toute la journée et je ne peux quitter mon travail comme ça ». Alors, Geneviève Bazin a té­léphoné  au directeur de l’école « qui a dit qu’il n’était pas responsable de la canti­ne ». À l’animatrice du péris­colaire « qui m’a dit de me débrouiller ou de trouver un autre parent pour lui amener à manger ».À la mairie, en­fin (…)  qui a finalement assuré que le personnel irait acheter « des chips, des sandwiches, pour ne pas les laisser sans manger»  Elle poursuit : « J’ai été ras­surée mais quand même, c’est honteux ».

M.TAVEL (Verts/PG): « ça a été un peu panique à bord » 

Ainsi va le monde dans  » la ville de transition » que la grâce d’Eric Piolle fait entrer dans le XXI eme siècle. D’ailleurs Maud Tavel avoue que » ce jeudi matin, quand nous avons constaté le bloca­ge imprévu, ça a été un peu panique à bord. » Pas qu’un peu. La municipalité si proche des mouvements sociaux, qui a campé avec « Nuit Debout », qui a soutenu le mouvement contre la loi Travail ne sait pas ce qui se passe chez elle, quand elle est employeur?

D.BAGGARY ( Sud) :  » UN CHANTAGE AFFREUX SUR LES AGENTS »

Denis Baggary du syndicat Sud explique d’ailleurs que  » le dialogue est extrê­mement compliqué.La direc­tion joue avec la précarité et embauche plus de 30 % de précaires pour pallier les diffi­cultés, avec un chantage af­freux sur ces agents qu’on utilise un jour et qu’on renvoie le lendemain à la maison » .

QUE DIT P.MÉRIAUX ( Verts/PG) INSPECTEUR DU TRAVAIL? 

Rappelons pour la forme que ces méthodes de management sont appliquées par ceux qui donnent des leçons au patronat, avec des Pierre Mériaux (Verts/PG)  inspecteur du travail parmi les élus!

Denis Baggary ajoute:  « Depuis huit ans, on est passé de 6500 à 11500 repas/jour sans augmenta­tion d’effectif. Alors, à un mo­ment donné, on craque. En plus, en septembre, c’est en­ ore 300 repas par jour sup­plémentaires. Trop c’est trop » . 

UNE CONSÉQUENCE de la BÉTONISATION de la VILLE 

On se demande ou passent les dépenses de fonctionnement les plus élevées des grandes villes? Sinon dans l’entretien d’une armée mexicaine de Maréchaux et de Généraux , souvent des « amis » qui pompent tous les crédits de personnel qui devraient être affectés aux services de base.

Cette augmentation exponentielle des effectifs des cantines est encore une conséquence de la bétonisation non maitrisée de la ville. Maud Tavel le reconnait aussi: » Il ne faut pas se précipiter à créer trois postes supplémentaires mais on est conscient des dif­ficultés de la production, liée à l’augmentation des élèves scolarisés à Grenoble ». 

ELLE NE PEUT PAS CRÉER 3 POSTES MAIS POURSUIT LA DENSIFICATION !

Sur tous les plans le constat est le même: les municipalités de gauche et Verts/Ades densifient massivement sans jamais prendre en compte les conséquences: écoles, équipements sportifs et de loisirs, espaces verts et… cantines.

ça explose tout le temps et de partout. La municipalité Piolle ne peut pas ajouter les 3 postes qui manquent dans les cuisines centrales pour faire face à l’afflux d’élèves dans les cantines scolaires, mais elle annonce 920 logements supplémentaires à l’Esplanade, 2000 à Flaubert, est toute joyeuse de voir arriver 15 000 nouveaux habitants sur la presqu’ile, elle bétonne toute dent creuse dans la ville,  multiplie les constructions de HLM partout (jean Perrot, rue de la Poste…) .

PARENTS, ÉLÈVES, PERSONNEL, ÇA VA TANGUER

Ce ne sont pas 3 postes qui vont manquer dans les cuisines centrales mais un nombre beaucoup plus élevé. Avec les choix comptables qui sont les siens elle est dans l’incapacité d’y faire face et ça va donc tanguer pour les parents, les élèves et le personnel municipal.

LES SOLUTIONS EXISTENT : DES RÉFORMES DE STRUCTURES

Seules les propositions des collectifs qui ont travaillé sur des solutions pérennes avec Alain Carignon peuvent permettre de faire face à cette situation: moratoire de la bétonisation, inventaire des besoins en équipements, moyens, espaces et recettes nouvelles pour assurer aux grenoblois un service municipal digne d’une grande ville ou l’impôt sur les ménages est le plus élevé des villes de plus de 100 000 habitants.

Au fur et à mesure que la tension va monter partout face aux besoins non satisfaits ces mesures s’imposeront. Pourquoi attendre ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *