PALMARÉS UNEP: GRENOBLE LANTERNE ROUGE des VILLES VERTES

LE COLLÉGE VILLENEUVE EN FEU, LES POMPIERS CAILLASSÉS
VILLAGE OLYMPIQUE : ABANDONNÉ PAR LES ÉLUS EN RASE CAMPAGNE

Le palmarès des villes vertes que vient de publier l’UNEP-Hortis est accablant pour Grenoble. Alors que la moyenne d’espaces verts par habitant des grandes est ville est monté à 48 M2 , Grenoble qui était à 14,6 M2 en 2014 est probablement descendue encore en dessous de ce chiffre.

En effet la municipalité comptabilise toujours en espaces verts (!) des surfaces de parc urbanisées comme à Hoche le terrain vendu  au promoteur pour construire l’hôtel OKKO . Un parc Hoche qui va encore être amputé par la municipalité Piolle par la construction d’une école pour faire face à la bétonisation du secteur.

LE CHIFFRE de 14 M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT DESCEND ENCORE à GRENOBLE 

Le chiffre déjà catastrophique de 14 M2 ne prend pas en compte non plus les constructions de la presqu’ile avec les milliers d’habitants supplémentaires, les 2000 futurs habitants de l’Esplanade sans espaces verts ajoutés qui devraient encore faire descendre le nombre de M2 d’espaces verts par habitant.

L’Unep – les entreprises du paysage – et Hortis, organisation rassemblant les responsables d’espaces nature en ville, ont décidé de s’associer pour créer l’Observatoire des villes vertes.

LES 50 PLUS GRANDES VILLES INTERROGÉES 

Les 50 plus grandes villes de France ont été interrogées via leur direction Espaces verts et leurs élus,d’août à octobre 2016. Plus de 1 500 données quantitatives et qualitatives ont été collectées, analysées selon 25 indicateurs et regroupées en 5 catégories : patrimoine vert, investissement en faveur du vert en ville, politique de préservation de la biodiversité, politique de promotion du patrimoine vert, gestion des déchets verts. Le cumul des points obtenus sur les di érents critères détermine la note (sur 100) et le classement général au sein du Palmarès.

Grenoble est d’ailleurs représentée dans l’observatoire par Jean-Claude Rebuffet, Responsable aux espaces verts. Le résultat est accablant.Les élus ont fait reculer la ville verte depuis 20 ans sous la pression d’une bétonisation enragée.

GRENOBLE EST AU FOND DU TABLEAU SUR TOUS LES CRITÉRES des VILLES VERTES

Dans le baromètre UNEP-HORTIS la ville n’apparait dans aucun des critères dans le top 10 des villes qu’il s’agisse des M2 par habitants, du développement et de l’amélioration du patrimoine végétal,d’exemplarité en matière de préservation de la biodiversité. Mais elle est au fond du tableau sur tous ces items.La ville n’est pas verte mais bien rouge. Lorsque les médias qualifient Eric Piolle de Maire « écologiste », ils reproduisent un mensonge.

LEURS CHOIX URBANISTIQUES ACCROISSENT LA POLLUTION

Alors que les élus Rouge/Verts grenoblois versent des larmes de crocodiles sur la pollution, ils l’accroissent systématiquement par leurs choix urbanistiques. Pire, on le sait depuis que Air Rhône-Alpes publié les chiffres, la pollution s’est encore accrue de 15 % sur les boulevards suite à leurs choix de déplacements avec la fermeture de Grenoble! Les conséquences sur la santé des Grenoblois est évidemment considérable.

LE PLAN LOCAL d’URBANISME (PLU) EST L’OEUVRE des ÉLUS VERTS/ADES…

Depuis 2004 un Plan Local d’Urbanisme (PLU) est applicable à Grenoble: Il a été porté par l’Adjoint à l’urbanisme de l’époque, un certain Pierre Kermen Adjoint (Verts/Ades) de la municipalité Destot, désormais casé à la direction générale de la SEM Innovia par E.Piolle. Ce PLU d’entassement mis en oeuvre par les élus PS/PC et Verts/Ades – bien d’accord sur ce point – se poursuit pour l’essentiel et permet cette densification intensive de la ville qui effraie  tous les quartiers.

… LE PLU  PERMET DE CONSTRUIRE SANS ESPACES VERTS

Ce PLU permet de construire sans espaces verts, sans équipements de base ( écoles) , sans espaces de loisirs. ça donne les 520 logements supplémentaires à Jean Macé, les opérations de Bouchayer-Viallet hier, de A.Raymond demain, de l’esplanade ou de la Presqu’ile, la nouvelle Villeneuve mais sans même son parc!

MUNICIPALITE CARIGNON: LES DERNIERS GRANDS PARCS 

Seule la municipalité Carignon a eu une grande politique de création de parcs et de squares pour permettre aux Grenoblois de respirer: 5, 5 hectares pour le Parc Pompidou, 5 hectares supplémentaires au parc Bachelard. Marliave , Valérien Perrin, Alliance… squares Genin, Coppier, de l’Evêché, place Lavalette… partout Grenoble a gagné en espaces verts sous l’impulsion personnelle d’Alain Carignon qui veillait avec son équipe à la sauvegarde et à la plantation d’arbres.

 LE PLUS BAS NIVEAU D’ESPACES VERTS PAR HABITANT de SON HISTOIRE MODERNE!

Eric Piolle a fait jeudi la fête au jardin de ville avec ses candidats aux législatives avant même l’élection. Il multiplie les opérations de com’ depuis la « ville en transition » jusqu’aux colloques, invités, déclarations qui témoignent de sa préoccupation à l’égard de la nature.

La municipalité accomplit l’opposé dans les actes et on s’étonne de son incroyable impunité. Pourtant les chiffres sur la durée sont sous les yeux des observateurs et des Grenoblois: après 22 ans de gestion des élus PS/PC et Verts/PG/Ades ensemble ou séparément, Grenoble a atteint le plus bas niveau de M2 d’espaces verts par habitant de son histoire moderne!

Peut être , au moment de voter,  ces éléments concrets pourraient ils être pris en compte afin que les faussaires soient démasqués ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *