BÉTONNAGE : UNE DÉLIBÉRATION ANTI-RECOURS VOTÉE par LA VILLE

JOUHAUX: Les LOCATAIRES ABANDONNÉS VICTIMES d'UN NOUVEL INCENDIE
FERMETURE de GRENOBLE: LA RUE MILLET DIT NON

« Cette modification est une modification anti-recours” a avoué Vincent Fristot l’étrange mécanicien du système, Adjoint (Verts/Ades) à l’Urbanisme lors de la commission Ville durable. Le propos a été rapporté lors du Conseil Municipal par Guy Tuscher (ex majorité Piolle) et n’a pas été démenti.
En effet le 22 mai Eric Piolle faisait voter par le Conseil Municipal une « modification simplifiée » du Plan Local d’Urbanisme dont les finalités ont été expliquées par l’association « Vivre à Grenoble » :

VIVRE à GRENOBLE: « RÉGULARISER les PERMIS QUI FONT L’OBJET de RECOURS »

1°) de régulariser les permis de construire délivrés par la Ville de Grenoble à des promoteurs privés ou publics et faisant actuellement, l’objet de recours.
2°) de contourner pour l’avenir les annulations déjà prononcées par les juridictions administratives à l’encontre de permis de construire délivrés par la Ville de Grenoble à des promoteurs privés ou publics. »
Pas belle la vie en Piolland?

G.TUSCHER: « A CHACUNE DES MODIFICATIONS CORRESPOND UN RECOURS GAGNANT »

Comme l’a fait remarquer Guy Tuscher « à chacune des propositions de modification, correspond un recours gagnant »  (!) contre la bétonisation. Ainsi par exemple l’annulation du permis de construire du premier HLM construit par E.Piolle à Flaubert par manque de parking ne pourrait plus l’être !
La municipalité se donne carte blanche pour bétonner et ne veut être freinée, retardée par rien ni personne. Comme il parait loin le temps ou quartier Berriat les Verts/Ades faisaient croire qu’ils seraient scrupuleux avec la législation ! Ainsi ils écrivaient notamment:

URBANISME : LES VERTS/ADES DÉNONÇAIENT le MANQUE DE RIGUEUR MORALE… »

« Au 20 ter rue Raspail dans le quartier Berriat, un projet de Grenoble Habitat a fait l’objet d’un recours puisqu’il ne respecte pas le Plan local d’urbanisme (PLU). Pour essayer d’imposer ses vues malgré l’interdiction réglementaire, Grenoble Habitat a demandé à la mairie de changer la largeur de la rue Raspail pour lui permettre de construire deux étages supplémentaires…  Si vous avez des problèmes avec le PLU, n’hésitez pas, demandez au maire de vous arranger l’affaire, son adjoint à l’immobilier se fera un plaisir d’augmenter vos droits à construire. Cette majorité manque cruellement de rigueur technique et morale dans la gestion de la ville. »

Ils ont fait de même ensuite dans la même rue.

V.FRISTOT (Verts/Ades) UTILISE 11 FOIS LE MOT « CLAIR » ….

Le 22 mai dernier pour répondre à ceux qui dénonçaient ce nouveau tour de passe passe et ce verrouillage de toute possibilité d’intervention, Vincent Fristot a utilisé 11 fois le mot « clair ou » clarification » pour noyer dans une confusion totale le véritable motif de la délibération. Plus c’est emberlificoté, plus c’est « clair ».

A le lire attentivement on mesure bien la somme de mensonges que cette municipalité accumule pour fermer l’accès des citoyens à la décision. Comme dans le domaine de la « participation citoyenne » elle accumule les obstacles en prétendant faire le contraire.

… AU FUR et à MESURE QU’IL CRÉE LA CONFUSION

Pour répondre aux critiques, Vincent Fristot abusait au Conseil municipal  de la méthode méprisante des Rouge/Verts à l’égard des Grenoblois. Il alignait les phrases pour ne rien dire. ça vaut la peine de citer un extrait :  « Il est important que la règle puisse être claire dans son expression. Mais, en même temps, sans interprétations multiples. Et donc, il est de notre responsabilité de travailler à ce que le Plan Local de l’Urbanisme aille dans ce sens-là, à la lumière de l’expérience, de la vie de ce Plan Local de l’Urbanisme. Et la vie de ce PLU, c’est les permis de construire qui ont fait l’objet de litiges et pour lesquels il est important que la règle soit clarifiée. C’est ça l’objectif. Effectivement, nous avons pris les recours qui ont été émis. Certains ont été gagnants, certains ont été perdants. Donc, les choses sont moins claires que ce qui vient d’être dit... »

ENGAGEMENT N°78 : NOUS ŒUVRERONS à UN PLAN LOCAL D’URBANISME COMPRÉHENSIBLE PAR TOUS… »

On est loin également de la « clarté » de l’engagement N° n° 78:
Dès le début du mandat, nous œuvrerons à la réalisation d’un Plan Local d’Urbanisme compréhensible par tous, protégeant la ville de la spéculation immobilière, en n’ouvrant pas la possibilité de fait à toute exception possible, limitant les droits à construire pour réduire les marges des promoteurs, conservant l’identité de chaque quartier, refusant la densité à tout prix, comme elle était pratiquée aujourd’hui.

LA MUNICIPALITÉ SUPPRIME des FREINS à la BÉTONISATION

Les quartiers devraient continuer à subir la bétonisation de plus belle. La municipalité Piolle a supprimé encore des freins, éliminé des possibilités de recours afin de concentrer tous les pouvoirs et d’aller le plus vite possible pour créer des Bantoustans électoraux supplémentaires avant 2020.
Au mépris de sa parole publique et du bien vivre ensemble.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *