LÉGISLATIVES : LA MUNICIPALITÉ PIOLLE SE DÉCHIRE ENCORE.

JOUHAUX: Les LOCATAIRES ABANDONNÉS SOUS LES BALLES
FERMETURE de GRENOBLE : DES BOUCHONS et des RUES DÉSERTES

Eric Piolle (Verts/PG) soutien les candidats de Benoit Hamon, Nicolas Kada (1re) et Soukaïna Larabi (3e) aux élections législatives contre les candidats de la France Insoumise de sa Première Adjointe, Elisa Martin (PG)  qui présente Elsa Régis (1ere)  et  Raphaël Briot ( 3 eme ! ) .

C’est sa dernière volte face, après avoir soutenu JL Mélenchon aux présidentielles  et pas Benoit Hamon…  On se rappelle qu’il fait déclaré «  le candidat qui est en capacité de créer les conditions de ce rassemblement tout en relevant les défis du XXIe siècle est Jean-Luc Mélenchon. »

LE CLAN AVRILLIER/COMPARAT (Verts/Ades) EST à la MANOEUVRE

Voila que ça change à nouveau.  Il re- abandonne Mélenchon. Le clan Avrillier/Comparat  est à la manoeuvre puisque Maryvonne Boileau (Verts/Ades), compagne de Vincent Comparat, chargée de la politique de la ville, Présidente de Grenoble Habitat est la suppléante de S.Larabi dans la 3 eme circonscription. Ils doivent être les seuls à s’y retrouver et c’est même pas sur.

E.MARTIN, A.CONFESSON, A.BACK ( PG) SE FONT TIRER DANS LE DOS

A ce jour Elisa Martin, Alan Confesson, Antoine Back  et les élus PG de la majorité sont demeurés publiquement silencieux face à ce coup de poignard. Leurs candidats  Elsa Régis (1ere)  et  Raphaël Briot ( 3 eme ! )  se font tirer dans le dos par leur propre municipalité. Réjouissant. On imagine les débats internes dans un parti que 200 membres sur 400 ont quitté parce que les élus PG leur imposaient une discipline totale à l’égard des décisions de Piolle (fermeture des bibliothèques, maison de quartier, réduction de la santé scolaire) avec interdiction de tout débat.
Les 200 qui resteraient encore derrière Alain Dontaine,  leur secrétaire départemental au service de E.Piolle sont de vrais masochistes. Ils aiment les claques. Alain Dontaine tend l’autre joue: « je regrette simple­ment qu’Éric Piolle et les éco­logistes n’aient pas voulu pas­ser un accord avec nous, on risque de perdre quelques voix en route. » (DL du 29/5/17)

LA MAJORITÉ MUNICIPALE NE REPRÉSENTE PLUS 40 % des GRENOBLOIS

Elue avec 40 % des voix la municipalité a déjà perdu deux de ses membres qui n’ont pas digéré la trahison des 120 engagements. Mais Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot ne sont pas les seuls de la coalition à être lucides sur cette honte et la perte de crédibilité qu’elle engendre. Beaucoup d’élus mécontents se réfugient dans la prise de distance et le silence. Pour l’instant. Avec l’émiettement des législatives et la énième volte-face du Grand Timonier chacun sait bien que la majorité municipale ne représente plus 40 % des électeurs Grenoblois.

E.PIOLLE EST PASSÉ de DUFLOT à HAMON, de HULOT à MÉLENCHON…

L’épisode législatif – après la pantalonnade des présidentielles qui a vu Piolle passer de Duflot à Hamon, de Hulot à Mélenchon – ne devrait pas améliorer la situation de la municipalité sur le plan politique. En interne les tensions ne peuvent que s’aggraver et Laurence Comparat (Verts/Ades) aura de plus en plus de mal à faire taire tout le monde.

Après les élections départementales et régionales à l’occasion desquelles les Rouge/Verts Grenoblois ont été réduits à leur Bantoustan, cela fera 4 scrutins successifs dans lesquels Eric Piolle se plante. 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *