FERMETURE de GRENOBLE : DES BOUCHONS et des RUES DÉSERTES

LÉGISLATIVES : LA MUNICIPALITÉ PIOLLE SE DÉCHIRE ENCORE.
FERMETURE de GRENOBLE: LA BORNE de RÉPUBLIQUE DÉMONTÉE!

 

La fermeture brutale de Grenoble est un catastrophe pour les déplacements aussi. Eric Piolle a triché sur les chiffres. C’est pourquoi il a refusé l’étude d’impact.

Les chiffres fournis à la Direction Régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) pour échapper à l’étude d’impact étaient faux. Comme l’a fait remarquer le Groupe d’Analyse Métropolitain ( GAM) dés le 16 septembre 2016   » Au chapitre 7, pages 66 et 67 de ce document, nous trouvons deux tableaux intitulés « Évolution du trafic par voie ». Il s’agit de chiffres compilés à l’aide d’un logiciel de simulation dénommé VISUM, qui est la norme en matière de modélisation de la circulation et qui est utilisé par à peu près toutes les collectivités. 

Les données transmises à la DREAL montre que :

  • Le nombre de véhicules qui ne circuleront plus dans le périmètre « piétonisé » de CVCM sera de 5 330 par heure aux heures de pointe.
  • Le nombre de véhicules supplémentaires circulants dans Grenoble hors du périmètre CVCM aux heures de pointes sera de 305 véhicules par heure.

5 005 véhicules de l’heure, soit plus de 20 000 véhicules par jour, se sont évaporés! Où sont-ils donc passés? Vers où ou quoi vont-ils se reporter ? Report modal ?

5 000 reports modaux individuels par heure est totalement irréaliste et irréalisable : une étude de la Métro de mai 2016 montre que 82% des personnes interrogées en centre ville affirment ne pas avoir l’intention de changer leur habitudes pour s’y rendre. » 

Le dossier est consultable .

SELON E.PIOLLE LA FERMETURE  AJOUTE 305 VÉHICULES  à L’HEURE ! 

Ces éléments se vérifient sur le terrain grenoblois chaque jour par les usagers. Un seul regard aux bouchons permet de constater que ce ne sont pas seulement … »305 véhicules par heure » comme l’affirmaient Eric Piolle (Verts/PG) et Christophe Ferrari (PS)  au nom de la Métro qui ont été reportés sur les voiries encore ouvertes à la circulation dans Grenoble !

LE GAM : 80 KMS de BOUCHONS SUPPLÉMENTAIRES PAR JOUR 

Le GAM avait évalué à  « Un total de 80 kilomètres de bouchon par jour aux heures de pointes en dehors du périmètre CVCM (20 000 véhicules x 4 mètres par véhicule) »  les nouveaux embouteillages créés par ces mesures dans l’agglomération Grenobloise.

Ce qui se produit sur la Rocade Sud, sur A 480, sur le cours Jean Jaurès, la voie sur Berge, les rues Hoche, Lesdiguières, Belgrade,  le Bd Gambetta, le cours Berriat  … partout ou les reports de circulation s’effectuent, démontre une augmentation massive des bouchons aux heures de pointe.

DES RUES DÉSERTES DONT « L’ESPACE PUBLIC » VA ÊTRE OCCUPÉ…

En parallèle E.Piolle a créé le désert avenue Agutte Sembat, place Victor Hugo, la rue de la République devenant un cul de sac, même la halle Sainte Claire souffre. Sans compter que ces deserts pourraient vite être occupés par des groupes avinés qui prendront facilement possession du nouveau matériel urbain en bois ce qui ne devrait pas réjouir les derniers habitants qui résistent au bruit la nuit au centre ville.

5000 EMPLOIS MENACÉS SELON LA CHAMBRE de COMMERCE et D’INDUSTRIE

L’objectif est bien de paupériser le centre ville, de le rendre inhabitable pour les familles, inaccessible pour les salariés, impraticable pour les commerçants, les artisans, les professions libérales. Cela concerne pourtant 5000 emplois selon la Chambre de Commerce et d’Industrie. Mais la municipalité a un objectif clientéliste, s’adressant à une minorité de la population grenobloise afin de solidifier un « bastion électoral » comme clairement exprimé dans une contribution au congrès des Verts en juin 2016  malheureusement devenu inaccessible sur le site officiel … (https://congres2016.eelv.fr/…/2016/…/contribution-avoir-un-plan-avec-signataires.pdf)

POURQUOI E.PIOLLE N’ORGANISE T IL PAS UN RÉFÉRENDUM ? 

Augmentation de la pollution, augmentation des bouchons  et du temps perdu en déplacements, perte d’emplois, départ des familles moyennes,  fuite des consommateurs extérieurs qui se tournent vers Lyon et Chambéry… la catastrophe Piollesque est visible après quelques semaines de fonctionnement. Il est temps d’engager le dialogue, d’envisager un moratoire ou de recourir au référendum comme l’a proposé Alain Carignon et les équipes qui travaillent avec lui : si E.Piolle est si certain de faire le bonheur des Grenoblois pourquoi ne les consulte t il pas en mettant toutes les pièces sur la table ?  Pour un dossier qui engage la ville bien après lui, c’est logique. D’autant que cette décision ne figurait pas dans ses 120 engagements. Il n’a donc aucun mandat pour l’imposer.

RENDRE LE POUVOIR AUX CITOYENS 

Le référendum exemplaire sur le tramway  de la municipalité Carignon avait clos la polémique et permis la réalisation des deux premières lignes. Faire confiance aux grenoblois, confronter les chiffres sur des bases transparentes, bref débattre sur le fond et rendre le pouvoir aux citoyens n’est-ce pas cela la démocratie ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

12 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *