QUARTIER NOTRE DAME à E.PIOLLE: » VOUS SEREZ BALAYÉS dans les POUBELLES de L’HISTOIRE »

LOGEMENT: la CHUTE de la VALEUR des BIENS INQUIÈTE
CORRUPTION : E. PIOLLE PORTE PLAINTE CONTRE LES LANCEURS d'ALERTE

« Si vous ne voulez pas nous écouter, vous serez balayés comme les autres dans les poubelles (vertes ?) de l’histoire » a lancé un habitant du quartier Notre-Dame à Eric Piolle lundi soir lors de l’assemblée houleuse de l’Union de Quartier ( DL du 17/5/17) .ça chauffe dans toute la ville. Le quartier Berriat est en surchauffe , lui, depuis que la municipalité a décidé de le menacer par le biais d’une action judiciaire.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/05/18/corruption-e-piolle-porte-plainte-contre-les-lanceurs-dalerte/

LA COLÉRE MONTE DANS TOUS LES QUARTIERS

Mais partout la colère monte par ordre décroissant contre la violence, les incivilités  et la malpropreté. Comme à son habitude la municipalité Piolle fait de la com’. Elle relance son opération « Belle Saison » qui a pour objet de culpabiliser les grenoblois. Il s’agit de leur passer le mistigri de la saleté de la ville. Et s’ils effectuaient eux-mêmes le nettoyage ? semble suggérer Antoine Back (Verts/PG) à chacun de ses propos. Pourquoi pas?

A condition que ce soit déductible des impôts les plus élevés de France qui devraient signifier un haut niveau de service.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/05/03/belle-saison-les-elus-rougeverts-se-deguisent-en-habitants/

LA MALPROPRETÉ?  » IL Y A CEUX QUI LANCENT LES RUMEURS » ( A.BACK Verts/PG) 

Ou bien la municipalité culpabilise ou elle nie, ce qui est contradictoire. En matière de propreté « certains  font courir des bruits avec des arrières­ pensées politiques, c’est leur fonds de commerce. En fait, il y a ceux qui lancent des rumeurs et ceux qui bossent «  dit aussi Antoine Back au DL (18/5/17). D’une certaine manière, selon lui,  la malpropreté serait « une rumeur ».

http://grenoble-le-changement.fr/2016/04/30/belle-saison-zero-grenoblois-place-victor-hugo/

L.LHEUREUX ( Verts/PG) DÉGAGE SA RESPONSABILITÉ

Lucille Lheureux l’adjointe (Verts/PG) à l’inefficacité municipale tente autre chose. Si les grenoblois constatent que la ville est sale, ils attaquent les employés municipaux,  les accusent de ne pas bosser assez . D’ailleurs elle exclut toute responsabilité municipale:  « soit on accuse donc les agents de moins travailler, soit les Grenoblois sont moins at­tentifs… » ( DL du 18/5/17) Il ne peut y avoir que deux causes à la malpropreté: les agents ne travaillent pas assez ou les grenoblois sont trop sales.  Mais alors pourquoi demeure t elle Adjointe à « l’espace public » ?

EN MAI 2014 E.PIOLLE VOULAIT COMPRENDRE le SERVICE de PROPRETÉ

Rappelons que sur la propreté urbaine le Grand Timonier Grenoblois, le phare de l’occident que Grenoble a la chance de posséder à sa tête, celui qui sait quel sera le monde de demain, Eric Piolle, avait déclaré devant l’Union de Quartier Foc/Aigle/Libération en mai 2014 interpellé 3 mois après son élection sur la propreté urbaine: «  laissez-nous découvrir comment fonctionne le service ».  3 ans après ça semble plus difficile que ses vues planétaires.

http://www.republicains38.fr/malproprete-de-grenoble-laissez-nous-decouvrir-comment-fonctionne-le-service-e-piolle-vertspg/

LE QUARTIER NOTRE-DAME CUMULE TOUTES les NUISANCES…

Le quartier Notre-Dame, lui, à « la chance » de cumuler toutes les nuisances. La saleté n’étant que l’une d’entre elles. Il y a les nuisances sonores, le secteur devenu un vaste urinoir, un fumoir – à ciel ouvert il est vrai –  les incivilités des cyclistes, le stationnement anarchique des motos, scooters, vélos, le départ de tous les commerces de proximité et l’envahissement des débits de boissons qui deviennent l’unique activité du quartier.

… QUE E.PIOLLE VEUT ÉTENDRE à CHAMPIONNET

Un avant-goût de ce que la municipalité veut faire de Championnet qui était jusque-là demeuré équilibré.

Un certain nombre d’électeurs d’Eric Piolle rue Auguste Gaché et ailleurs découvrent qu’ils sont une variable d’ajustement dans la théorie du grand remplacement: il n’y a plus de place pour les familles, pour ceux qui travaillent et doivent se lever le matin après avoir simplement dormi,  pour les professions libérales, pour les artisans dans ces zones. Il s’agit de créer une ville homogène électoralement. Y compris en sacrifiant une partie de ses électeurs.

C’est la naissance de l’Homo festivus de l’écrivain Philippe Murray à la grenobloise mais qui est conscient de la planète , spécialiste de l’avenir lointain à défaut de traiter les problèmes d’aujourd’hui.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/12/01/championnet-le-quartier-refuse-la-pietonisation-de-lakanal/

UN HABITANT :  » LA SITUATION S’EST DÉGRADÉE DEPUIS 2 ANS »

«Certes, nous avons choisi d’habiter un quartier hyper vivant, a expliqué  Karine Mas­sol. Mais dès minuit, ce sont des groupes alcoolisés qui déambulent, des hurlements, des cris… » « La situation s’est dégradée depuis deux ans, a ajouté  Xavier Merlin selon le DL ( 17/5/17) .Il y a de plus en plus de monde dans les rues et des incivilités du mardi au samedi ». 

MÊME LE MARCHE SAINTE-CLAIRE EST MENACÉ

Dans ce cafarnaüm, comme avec les places sur les marchés qui donnent lieu à des soupçons de corruption, la municipalité réussit à demeurer incompréhensible: pourquoi refuser sa terrasse au « Tonneau de Diogène » une institution Grenobloise qui en a toujours bénéficié ? Alors que tous les autres cafés de la place bénéficient de terrasses?

Plus la zone piétonne va s’élargir, plus il sera impossible d’ y accéder, plus les modes de vie pour y vivre seront conformes à un seul type de population. Même le marché Sainte Claire est menacé. L’inaccessibilité engendre une baisse considérable du chiffre d’affaires des commerçants actuellement. Il n’était pas seulement un marché de quartier, mais rayonnait bien au-delà.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/05/04/grenoblememe-les-bus-de-la-tag-ne-peuvent-plus-circuler/

Seule une mobilisation des habitants pour conserver la mixité du quartier permettra de stopper cette dérive. La mixité des habitants, des modes d’accès, des commerces…  bref une ville à vivre.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *