LES TRANSPORTS en COMMUNS ALIBI de la BÉTONISATION !

« Allez vous aligner les immeubles pour rentabiliser le tramway? » a demandé Jean-Pierre Colombari le Président de l’Union de Quartier Rondeau-Libération à Vincent Fristot l’étrange Adjoint au Bétonnage (Verts/Ades) de la municipalité Piolle (DL 28/4/17).

Par une inversion dont la gauche dogmatique à le secret, de bénéficiaires d’un service de transport collectif, les habitants, en sont devenus les esclaves. Ils doivent se sacrifier, mal vivre, s’entasser, renoncer à la possibilité d’utiliser une voiture quand c’est nécessaire -sans parler de choix de confort désormais interdit puisqu’il faut revenir aux seuls besoins vitaux selon E.Piolle- afin que les transports en communs fonctionnent correctement. Les habitants doivent se soumettre à ce joug d’un nouvel impératif supérieur dont tout dépend. Absurde évidemment comme tout excès.

http://www.republicains38.fr/grenoble-v-fristot-vertsades-letrange-mecanicien-du-systeme/

LE CITOYEN DOIT SE SACRIFIER POUR UNE CAUSE QU’IL NE PEUT PAS COMPRENDRE

Toute la politique de bétonisation de l’agglomération est justifiée par cet axiome : il faut une densité maximum d’habitation pour justifier la desserte par le tram ! Le citoyen est à son service. Et pas l’inverse. C’est le recyclage de la culture totalitaire, celle  d’une avant-garde éclairée, porteuse d’une idéologie qui fait le bonheur du peuple malgré lui. D’autant que les Khmers Verts estiment indispensable que « chacun se transforme » comme le demande dans « Libération »( 13/10/16)  l’une de leur « philosophe », Corinne Pelluchon.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/24/betonisation-les-elus-de-gauche-et-vertsades-sur-la-defensive/

6000 NOUVEAUX LOGEMENTS DANS LE DERNIER MANDAT DESTOT (PS) 

La plupart des élus ânonnent ces sentences d’un air sentencieux, répétant bêtement les lieux communs du moment avec une componction qui les rend ridicules. On a vu dans la dernière municipalité Destot (PS) avec l’Adjoint à l’Urbanisme Philippe de Longevialle  (app PS).  Poursuivant bêtement la politique du PS et des Verts,venu de la droite,  il a appliqué avec zèle la consigne et construire …. 6000 nouveaux logements à Grenoble pendant le mandat, dont de si riants ensemble tel Vigny-Musset ou « le clos des Fleurs » à Jean Macé ( 520 logements). On l’a vu densifier la caserne de Bonne et réduire en même temps le parc Hoche …. Evidemment le tout sans école ni espaces verts en proportion.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/04/06/la-betonisation-du-parc-hoche-saggrave/

LA DENSIFICATION de VILLENEUVE N’ÉTAIT PAS JUSTIFIÉE par les TRANSPORTS COLLECTIFS

En parallèle en 10 ans la municipalité Destot supprimait 2 200 places de stationnement en surface. Logique. Plus il y a de logements, moins il y a besoin de stationnement.

Mais La thèse de la « ville dense »  est justifiée à chaque décennie  par des arguments différents. Dans les années 70 la gauche, déjà visionnaire (!) et dominatrice construisait Villeneuve : la densité étant justifiée, non pas par la desserte des transports collectifs -il n’y en avait pas!- mais pour bénéficier de services publics importants. Les élus de gauche et Verts exposaient doctement que le niveau d’équipements publics générés par la densité permettait seul de construire la cité idéale. On en finissait avec l’habitat diffus qui ne permettaient pas de posséder la masse critique d’habitants pour des services collectifs complets.  Côté transports publics, il faudra attendre 1987 et la municipalité Carignon pour que Villeneuve soit désenclavée par le tram. C’était, à l’origine, secondaire.

PRESQU’ILE : « LA VILLE DU BONHEUR » POUR M.DESTOT  ….

Au bilan, que ce soit en détail -quartier par quartier- ou au global  -la ville est au bord de l’explosion- cet urbanisme est un échec total pour le vivre ensemble.

Même M.Destot à son départ de la Mairie, dans un rare moment de lucidité,avait reconnu que « l’urbanisme des années 60 et 70, le socio-culturel entretenu dans la nostalgie de Leo Lagrange, n’ont pas vraiment tenu leurs promesses et contribué à tirer vers le haut et le large!».

Malgré cet échec reconnu il avait poursuivi avec constance. Il faut relire  les propos lyriques avec lesquels il définissait la Presqu’ile « la ville de demain, celle qui favorisera mixité, mutualisation, respect de l’environnement et lien social. L’idée d’une cité idéale qui favorise l’épanouissement et le bonheur de chacun. »

http://grenoble-le-changement.fr/2017/03/06/eaux-claires-la-betonisation-fait-peur/

…. ET  » L’ÉCO-QUARTIER » (!) POUR Eric PIOLLE 

Pour Eric Piolle qui vient de l’inaugurer partiellement , la presqu’ile c’est  « un éco-quartier »(!) exemplaire. Peu importe le nom du flacon pourvu qu’on ait l’ivresse du béton. Ils se moquent chaque fois  des grenoblois. Le devoir d’inventaire ne leur est bizarrement jamais opposé par quiconque. Aucun « observateur » ne pose jamais de question.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/11/22/presquile-la-nouvelle-villeneuve-sort-de-terre/

Lors de l’assemblée de l’Union de Quartier Rondeau-Libération, Vincent Fristot a annoncé officiellement que la municipalité ne tiendrait pas son engagement N°45 de prolonger la ligne E du Tram au sud. Si on suit leur logique du moment, les élus de l’agglomération devraient stopper la bétonisation des quartiers concernés qui n’ont plus besoin d’être densifiés à mort pour servir les transports en communs.

» Nous prolongerons la ligne de tram E vers le sud» écrivait Eric Piolle dans son engagement N°45. V.Fristot annonce froidement qu’il  » il n’y a pas le début d’un projet, ni le début d’un financement» mais ça n’empêche pas de poursuivre le bétonnage pourtant lié au tram!

PAS DE TRAM DANS LE SUD MAIS LA BÉTONISATION SE POURSUIT 

L’Adjoint au béton  a pourtant aussi annoncé de multiples projets de logements sociaux cours de la Libération, mais aussi rue Rhin et Danube, Louise Michel à proximité de Mistral. Des secteurs non desservis par le tram. Qui sont déjà des réussites en matière de logement social (Mistral, Lys Rouge…).

Mais, sans transport,  les élus trouvent une autre justification: faire face aux 14 000 sempiternels demandeurs de logements sociaux, ce chiffre qui ne varie pas depuis 10 ans qu’on construit massivement. Parce qu’il est faux. La moitié des demandeurs sont des locataires qui veulent quitter les quartiers ou ils sont logés. Près d’un logement social sur deux est refusé par le demandeur si bien qu’à l’Arlequin ou ailleurs Eric Piolle loge des Roms expulsés des camps qui ne peuvent pas refuser. Contribuant à ghettoïser et paupériser des quartiers entiers.

http://www.republicains38.fr/logement-a-grenoble-les-faux-chiffres-de-le-municipalite/

« QUE CHACUN ACCEPTE QU’UN NOUVEL IMMEUBLE LUI GÂCHE la VUE OU LUI PRENNE SON SOLEIL » (C.FERRARI PS) 

Peu importe la raison. pourvu qu’on bétonne. Mais Vincent Fristot a voulu rassurer les habitants, sans rire : il a limité à 33 mètres la hauteur des immeubles. On se souvient que devant une autre Union de Quartier (Aigle Foch Libération) il avait affirmé que pas une nouvelle construction ne devait être privée du soleil ou de la vue sur les montagnes. Avec 33 mètres de haut devant chez soi, la promesse est tenue.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/06/12/v-fristot-vertsades-stopper-lesplanade-berriat-abbaye-presquile/

D’ailleurs Christophe Ferrari le Président (PS) de l Métro avait été plus maladroit comme à son, habitude, vendant la mèche demandant que «chacun accepte qu’un nouvel immeuble lui gâche un peu la vue ou lui prenne une petite partie de “son” soleil… «  (DL du 18/2/17).

http://www.republicains38.fr/c-ferrari-ps-que-chacun-accepte-quun-immeuble-lui-gache-la-vue/

NOUVEAUX HABITANTS : PAS UN DÉPLACEMENT/VOITURE SUPPLÉMENTAIRE (Y.MONGABURU Verts/Ades)

Au Rondeau Libération, selon le DL, un malheureux Grenoblois qui n’a pas tout compris a lâché : « Tous les logements dont vous parlez, ça veut dire des ha­bitants, donc des voitures. Déjà que c’est compli­qué… ». Il ne connait pas les dogmes édictés par la municipalité.

Sur la presqu’ile Yann Mongaburu (Verts/Ades) a sérieusement expliqué que les 2 400 nouveaux logements (15 000 nouveaux habitants?) n’engendreront pas un seul déplacement/voiture supplémentaire. Quant il s’agit de l’intérêt privé de ses copains Verts il est plus réaliste.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/10/marches-du-velo-soupcons-de-trafic-dinfluence-des-vertsades/

En matière de déplacements il suffit de décréter comme on le constate en ce moment dans l’agglomération grenobloise asphyxiée.Une agglomération  dirigée par des schizophrènes. Et les grenoblois en deviennent fous.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *