GARE : LES ARBRES ONT ÉTÉ ABATTUS POUR L’AUTOROUTE à VÉLOS

« Mr Jacques  Wiart explique que le remplacement des arbres répond à des impératifs techniques très précis (!)  Les engagements pris lors de l’élection du Maire seront tenus, à savoir plantation de 6000 arbres. Il présente le futur axe structurant pour les vélos qui reliera Echirolles à la Gare de Grenoble et se poursuivra par la rue Henri Tarze jusqu’à Pique Pierre » .

AUCUN « IMPÉRATIF TECHNIQUE PRÉCIS » (!)

En quelques mots du compte rendu de l’Assemblée générale de l’Union de Quartier Centre-Gare (12/4/17) tout est dit. Les habitants ont appris après l’abattage des superbes cerisiers du japon pourquoi ils ont été abattus. Derrière le verbiage fumeux  de Jacques Wiart élu (Verts/PG) sur les « impératifs techniques précis » qui nécessitaient l’abattage des cerisiers du japon – d’autant plus « précis » qu’ils ne sont aucunement précisés!- les habitants du quartier découvrent par incidente qu’ils vont avoir une autoroute à vélo.

http://grenoble-le-changement.fr/arbres-une-haine-grenobloise/

La suppression de 25 places de stationnement rue Casimir Brenier répondait également à la réalisation de l’autoroute à vélos. Le rétrécissement de la voie de circulation induit des embouteillages et de la pollution supplémentaire mais personne n’a été consulté.

LES CERISIERS du JAPON AURAIENT PU FLEURIR UNE SAISON SUPPLÉMENTAIRE

Place de la Gare comme les travaux de l’autoroute à vélo n’ont pas commencé Eric Piolle aurait pu laisser une saison supplémentaire de fleurissement des cerisiers du japon : il n’y avait pas d’urgence à les abattre, ils n’avaient aucune maladie.

Si débat il y avait eu place de la Gare il est incontestable que les habitants auraient proposé des solutions pour l’autoroute à vélos permettant de préserver les cerisiers du japon. Mais contrairement à tous ses engagements sur la co-constriction la municipalité Piolle décide tout toute seule.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/10/04/isabelle-morini-bosc-piolle-pourquoi-taimes-pas-les-arbres/

DES CURE-DENTS REMPLACENT des SUJETS ANCIENS

Quant aux « 6000 arbres » c’est évidemment ridicule. Les cure-dents qui remplacent les 19 marronniers de la place Victor Hugo, les 65 platanes du cours de la Libération ne compensent aucunement les suppressions. Sans compter que des avenues entières continuent depuis 3 ans déjà à conserver leurs emplacements vides d’arbres .

http://grenoble-le-changement.fr/2016/08/03/hecatombe-cours-de-liberation-histoire-paroles/

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *