SCIENCES PO GRENOBLE et la MUNICIPALITÉ : L’ARROSEUR ARROSÉ

RUE C.DUMONT : ENCORE 10 PLACES de STATIONNEMENT SUPPRIMÉES
ESMONIN : E.PIOLLE a STOPPÉ LE CHANTIER de NETTOYAGE

 

Les donneurs de leçons de Sciences Po Grenoble organisateurs des opérations de com’ d’Eric Piolle (Verts/PG) sont sévèrement tancés par la Cour des Comptes. Grenoble figure en effet dans la liste des mauvais gestionnaires. Pourtant figurait dans l’organigramme Pascal Clouaire l’Adjoint (Verts/PG) à l’enfumage sur la fausse «participation citoyenne» figure dans  l’organigramme de l’IEP. A moins au contraire que ceci explique cela.

« L’IMPORTANCE et la RÉCURRENCE des DÉSORDRES COMPTABLES et FINANCIERS » 

la Cour relève «des déficiences dans la gestion financière et comptable» des Instituts Etudes Politiques (IEP) concernés dont Grenoble qui «a connu cinq exercices déficitaires» et la Cour «n’a pas pu procéder à l’analyse financière des comptes», étant donné «l’importance et la récurrence des désordres comptables et financiers».(!)

http://grenoble-le-changement.fr/2017/01/16/grenoble-le-rouge-aussi-pour-ses-finances/

E.PIOLLE (Verts/PG) EST INTERROGÉ PAR L’IEP SUR SA GESTION !

On comprend la qualité du « débat » entre l’Institut qui gère si  bien et la municipalité Piolle qui conduit Grenoble au bord de la mise sous tutelle. Depuis 22 ans le PS et les Verts/Ades ensemble ou successivement gèrent Grenoble avec le résultat que l’on connait. Première de France de sa catégorie pour l’impôt sur les ménages et les dépenses de fonctionnement, elle en vient à fermer des bibliothèques.

On comprend pourquoi Eric Piolle choisit de répondre à leurs questions en organisant avec eux un «grand oral» ( !). Pas de risques que soit posée une vraie question sur sa gestion de Grenoble.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/05/03/ce-soir-les-questions-que-p-clouaire-ne-fera-pas-poser-a-e-piolle/

« COÛT EXORBITANT DE L’ENTRETIEN et du NETTOYAGE »

En effet selon la Cour les IEP «ont tous méconnu les grands principes de la commande publique», sans mise en concurrence. «La gestion des locaux est peu efficiente», avec un «coût exorbitant des fonctions d’entretien et nettoyage à Bordeaux et Grenoble. Les dérives des IEP d’Aix et Grenoble n’ont pas été sanctionnées par les autorités de tutelle», pointe aussi la Cour.

SOUS G.FIORASO (PS) les DROITS D’INSCRIPTIONS de 940 € à 1 300 € 

Leurs «importants projets de développement apparaissent en décalage avec la qualité de gestion de ces établissements qui s’exposent à d’importants risques juridiques et financiers».

Par ailleurs sous le Ministère de Geneviève Fioraso (PS) l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble avait pourtant relevé de façon très forte les frais d’inscription passant de 940 à 1 300 € ! La Secrétaire d’Etat qui était Conseillère municipale n’avait même pas été interpellée. On n’ignore si le fait de faire payer aux élèves la mauvaise gestion avec l’aval de l’UNEF a permis de redresser la situation.

http://www.republicains38.fr/restrictions-fiorasops-1300e-pour-sinscrire-a-sciences-po-grenoble/

LA MUNICIPALITÉ VA T ELLE POURSUIVRE les FAUX DÉBATS ? 

En tout cas ça n’empêche personne de ce joli monde de se poser en étalon de la morale, de la rigueur et juge du comportement des autres ! Après un tel déballage, on va voir si la municipalité va oser poursuivre les faux  « débats »  ou si de véritables confrontations sur la gestion et l’avenir de Grenoble vont pourvoir se dérouler entre solutions opposées. Comme il est de règle en démocratie.

http://grenoble-le-changement.fr/2017/02/16/e-piolle-vertspg-cree-un-certificat-de-bon-citoyen/

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *