PÉTITIONS des BIBLIOTHÈQUES: le SABOTAGE de la MUNICIPALITÉ PIOLLE

MC2 le 3 DECEMBRE: les OPPOSANTS à PIOLLE SONT ILS des ÊTRES HUMAINS?
LA GUÉRILLA URBAINE FRANCHIT des DEGRÉS SUPPLÉMENTAIRES

Le système fermé mis en place par la municipalité Piolle pour contrôler les pétitions fonctionne à plein. Nous avions dénoncé la mécanique infernale inventée pour empêcher l’expression des Grenoblois. Pascal Clouaire Adjoint (Verts/PG) à tout et à rien étant délégué à l’endormissement, se promenant de tribune en tribune pour expliquer que la ville mettait en place pour la première fois un régime ouvert de consultation des citoyens.

L’ORGANISATION des PÉTITIONS DANS LA MAIN de CELUI QUI EST MIS EN CAUSE!

Dés le départ nous avons dénoncé cette supercherie qui plaçait l’organisation des pétitions… dans la main de celui qui est mis en cause par elles ! Agrément des thèmes, nombre de mots, signatures sur le site de la ville (!) tout a été réglementé pour qu’à chaque étape les initiateurs soient découragés.

François TARANTINI EXPÉRIMENTE LA FERMETURE du SYSTÈME

François Tarantini tente de déposer une pétition depuis plusieurs semaines. Le rendez vous téléphonique avec le directeur de la démocratie locale (!) par lequel il faut passer a été fixé. Puis reporté. Il faut se battre pour l’obtenir.  Ensuite le nombre de propositions qu’il veut soumettre à pétition est jugé… trop important. Il faut se réduire à 200 signes. Passer sous les fourches de celui dont on veut contester la décision.

LA PÉTITION POUR LES BIBLIOTHÈQUES TOUJOURS PAS VALIDÉE !

Ceux qui luttent contre la fermeture des bibliothèques sont en train de découvrir la réalité de ce qui a été pensé pour faire perdre du temps à des citoyens qui ont autre chose à faire.  «Et que dire de la péti­tion déposée à la Ville le 9 no­vembre dans le cadre du pro­cessus d’interpellation ci­toyenne, qui n’a toujours pas été validée ? Un ajournement dont ils ont pris connaissance lundi, mais sans motif avancé » explique le DL (23.11/16) s‘agissant de  Julia Boulon, présidente de l’association Les Alpins en action (Les 2A) et maman dé­léguée à la maternelle Dau­det.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/06/16/grenoblois-a-e-piolle-bibliotheques-petits-fours/

Julia BOULON ( « Touchez pas à nos bibliothèques »):  » C’EST DU SABOTAGE »

«Un  ajournement pré­judiciable » de la pétition, alors que la Ville avait été mise au courant « plusieurs semai­nes » avant son dépôt. « La pé­tition correspond aux modali­tés des compétences munici­pales. Cela leur permet de jouer la montre », sachant que la bibliothèque de l’Alliance fermera au printemps et que « le processus de votation prend du temps » commente Julia Boulon.

Ajoutant le lendemain  « C’est d’une certaine manière du sabotage. Mais nous ne baissons pas les bras, nous avons avec nous la majorité de la population » ((DL du 24/11/16) .

UNE VOTATION RENVOYÉE EN OCTOBRE 2017 et VOUÉE à L’ÉCHEC

Elle a tout compris. Chaque étape permet à la majorité municipalité Verts/Ades/PG de demeurer maitresse du jeu et de fatiguer d’abord les contestations avant de les conduire dans le mur. En effet au final, après les 2000 signatures, puis le passage en Conseil municipal, le renvoi en «votation citoyenne «  est voué à l’échec puisqu’il faut obtenir 20 000 voix ! De plus elle aurait lieu en octobre 2017 quand toutes les bibliothèques concernées seraient fermées !

SI ALAIN CARIGNON AVAIT EXIGÉ 30 000 VOIX POUR LE RÉFERENDUM TRAMWAY...

On imagine la réaction de la gauche et des Verts/Ades si Alain Carignon avait exigé 30 000 voix pour le référendum tramway sous le preste  qu’il avait été élu au premier tour avec 30 029 voix. On imagine les cris de la gauche et des Verts/Ades. Ainsi le seul référendum honnête et transparent aura t il été réalisé par sa municipalité.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/06/22/referendum-le-22-juin-1983-53-de-grenoblois-repondaient-oui-au-tramway/

E.MARTIN (PG) :  » UN DÉLAI D’INSTRUCTION D’UN MOIS »

Sur la pétition sur les bibliothèques Elisa Martin (PG) a d’ailleurs répondu  « existait un délai d’instruc­tion d’un mois pour voir si tous les critères étaient rassemblés » ( !). Mais quand part le délai. Pourquoi un mois ?  Pourquoi un délai pour «  agréer «  une pétition comme si nous étions encore au temps de la Royauté ? Pourquoi attendre le 29 eme jour pour répondre…Bien entendu le collectif «Touchez pas à nos bibliothèques » ne va pas renoncer à se battre avec le soutien des Grenoblois.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/09/29/le-faux-reseau-citoyen-et-beatrice-bonacchi-trompent-les-grenoblois/

DES USINES à GAZ POUR TROMPER LE CITOYEN

Mais au fur et à mesure que les mécontentements s’expriment des franges de plus en plus larges de la population découvrent comment la municipalité Piolle a trompé les grenoblois et se moque d’eux avec ses appellations type «  interpellation citoyenne » (!) qui ne sont que des usines à gaz pour tromper le citoyen.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/08/12/9552/

GRENOBLE SEULE VILLE  OU IL FAUT L’AUTORISATION du MAIRE POUR PÉTITIONNER CONTRE LUI

Grenoble est devenue la seule ville du monde ou la pétition pour protester contre un pan de la politique du Maire doit être agrée par Lui et se dérouler selon des modalités organisées par Lui.

D’autant qu’avec la création de ces règles 2 ans ½ après son élection il a effacé d’un trait de plume les milliers de grenoblois qui avaient pétitionné pour les Musiciens du Louvre, le quartier des Eaux Claires, le Tricycle ou avec les Républicains38 pour les caméras de vidéo protection (6000 signatures !). Et tant d’autres.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/09/03/e-piolle-jette-2184-signatures-tricycle-panier/

A quand une pétition qui demande d’annuler la délibération? Elle serait simple dans son énoncé:

  • Les pétitions ne peuvent être soumises à l’agrément du Maire
  • Elles ne peuvent être limitées à 200 signes
  • Elles peuvent être organisées librement
  • Aucun seuil n’est exigé pour s’exprimer devant le conseil municipal (1)

Mais elle serait déclarée irrecevable car dépassant 200 signes 

(1) Depuis la municipalité Carignon les collectifs pouvaient intervenir librement devant le Conseil Municipal qui suspendait sa séance pour les entendre. Le système Piolle exige désormais 2000 signatures agrées par Lui pour s’exprimer. Résultat il tient ses conseils municipaux sous la protection des CRS.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/07/21/conseil-municipal-qui-etait-ce-public-privilegie-entre-a-16-h30/

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *