DRAME de la RUE des ALLIES: TROP DE SQUATS à GRENOBLE

Mardi 13 à 19 h: PREMIÈRE RÉUNION de PROTESTATION CONTRE E.PIOLLE
L.COMPARAT (Verts/Ades): "CERTAINS HABITANTS POURRAIENT PROPOSER d'AUGMENTER les IMPÔTS"

« La jeune fille de 14 ans victime d’une grave électrisation, lundi vers 18h30 dans un squat du quartier des Alpins à Gre­noble, était dans un état ju­gé désespéré » a annoncé le « Dauphiné Libéré ». Une ampoule et des fils électriques à nu seraient tombés dans le récipient dans lequel elle se lavait. Le drame de trop à Grenoble. Une trentaine de membres de la communauté Rom occupent ces logements depuis des mois.

LES RIVERAINS ALERTAIENT SUR LES INSTALLATIONS ÉLECTRIQUES SAUVAGES

Depuis des mois également les riverains alertaient la municipalité sur la situation puisque les fils électriques avaient été tirés illégalement depuis les poteaux voisins de cette maison sise au 62 rue des Alliés appartenant à la Société de HLM. Ces installations sauvages dangereuses étaient dénoncées : les habitants voyaient de la fumée régulièrement et les sapeurs pompiers étaient déjà intervenus pour éteindre un incendie l’hiver dernier.

E.PIOLLE (Verts/PG) A REFUSÉ DE PRENDRE SES RESPONSABILITÉS

Au lieu d’avoir pris  les choses en mains Eric Piolle (Verts/PG) renvoie la balle des responsabilités, la seule pratique dont les élus locaux sont doués. Comme si le Maire n’était pas le premier responsable de la sécurité. Comme si, avec ces fils électriques sur la voie publique il n’était pas de son devoir d’intervenir.

Les 300 000 € des chalets du Rondeau dont le cap s'étend n'ont rien résolu

Les 300 000 € des chalets du Rondeau dont le camp s’étend n’ont rien résolu

LES 300 000 € des CHALETS DU RONDEAU N’ONT RIEN RÉSOLU

D’autant qu’avec les 300 000 € de chalets installés au Rondeau pour la communauté Rom – qui s’étend encore sur le site au détriment de la capacité d’intégration- la municipalité a fait croire qu’elle avait traité le problème. A partir des chalets du Rondeau on le sait deux adolescents ont littéralement massacré successivement 6 étudiants pour les dévaliser sans qu’aucune conséquence n’ait été supportée par les familles hébergées aux frais du contribuable. Cette culture de l’absence de sanction est dramatique pour la collectivité mais aussi pour les familles concernées auxquelles on n’apprend aucune borne.

<<< /les-agresseurs-des-6-etudiants-loges-gratuitement-par-e-piolle/

L’IMPUISSANCE de la COLLECTIVITÉ à GÉRER LE LOGEMENT

L’autre dysfonctionnement grave que révèle le squat de la rue des Alliés est l’incapacité de la puissance publique à gérer le logement de façon efficace. Le bâtiment de la rue des Alliés appartient aux HLM qui mettent des mois à construire un projet car les organismes n’ont aucun soucis de la rentabilité financière.

16 RUE ARGOUGES UNE VILLA ACQUISE DEPUIS MARS EST VIDE

Pas très loin  au 16 rue Argouges , Christine Garnier et Vincent Fristot deux élus (Verts/Ades) de la municipalité Piolle ont fait acquérir depuis mars une villa qui demeure vide ! Imaginons un agent immobilier ou un particulier accepter des pertes de recettes aussi longtemps pour un tel investissement.  Le rejet de toute culture de rentabilité pèse sur le contribuable. Dans une ville ruinée qui ferme des bibliothèques.

Ces locaux vides sont des proies pour les squats. Encore une « culture » d’occupation encouragée dans toute la ville, comme si « la propriété , c’est le vol « .

<<<agglo-un-squat-provoque-des-bouchons-pendant-2-jours/

72 RUE Léon BLUM LA VILLA AURAIT ÉTÉ AFFECTÉE à des AMIS par V.FRISTOT (Verts/Ades)

Rue Léon Blum , au 72 , la municipalité Piolle aurait résolu le problème en organisant elle -même le squat ! Des amis « alter-mondialistes » seraient autorisés à occuper sans droit ni titre la villa acquise par la collectivité. Eric Piolle fermant les yeux. Pas de loyer, pas de taxe foncière. Du fait de l’opacité qui règne avec Eric Piolle qui préside par ailleurs personnellement l’OPHLM on en est réduit aux conjectures.

<<< e-piolle-vertspg-une-villa-pour-les-altermondialistes/

Le bilan social et d’intégration est désastreux. Mais le drame de la rue des Alliés dont une jeune fille est la malheureuse victime démontre que cette irresponsabilité à des conséquences humaines inacceptables.

NB Le quartier Alliés Alpins a supporté pendant un an le bidonville Esmonin, se voit supprimer la bibliothèque de l’Alliance après la fermeture de la Halte garderie et hérite d’une école musulmane rue Général Mangin dans un secteur déjà très communautarisé.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *