E.PIOLLE RECONNAIT au JDD : « GRENOBLE LA VILLE LA PLUS EN DIFFICULTÉS de FRANCE »

P.MÉRIAUX (Verts/PG) COUVRE LES 2 LICENCIEMENTS du TRICYCLE
DERRIÉRE LES SOURIRES, ILS SE DÉCHIRENT....

Pas de chance pour Eric Piolle. Le 27 août le JDD a enregistré une interview de lui publiée seulement ce vendredi 2 septembre sur le site web du journal.

Réalisée avant le lancement de la campagne « ILS ONT RUINÉ GRENOBLE » elle confirme les chiffres essentiels donnés par les Républicains Grenoblois.

http://www.lejdd.fr/Politique/Eric-Piolle-On-ne-peut-pas-s-affranchir-de-la-realite-financiere-806707

LES ÉLUS VERTS/ADES ONT UNE  » CULTURE de CONTRE-POUVOIR »

Le JDD explique « qu’Eric Piolle fait face aux critiques «  . Le Maire qui se défend adresse une critique à peine voilée aux Verts/Ades qui détiennent l’essentiel des leviers: « beaucoup venaient plutôt d’une culture de contre-pouvoir » dit il au JDD et ils ne semblent pas avoir abandonné cette « culture ».<<< finances-de-grenoble-panique-a-lhotel-de-ville/

<<< grenoble-avrillier-vertsades-veut-faire-le-pouvoir-et-le-contre-pouvoir/

LA VILLE N’A DÉRIVÉ QU’A PARTIR DE 2008, APRÈS LE DÉPART des VERTS/ADES !

Toujours dans son mensonge il fait démarrer au départ des Verts/Ades de la municipalité Destot, en 2008, « le modèle de la fuite en avant ». Ajoutant: « Grenoble était en 2014, au moment de notre élection, la ville la plus en difficulté des villes de plus de 100.000 habitants. Sur trois critères : celle où l’équilibre entre les recettes et les dépenses de fonctionnement étaient les plus tendues et respectaient tout juste la loi ; avec les impôts les plus élevés (…)Et avec une dette parmi le top 5 des villes françaises. »

<<< finances-de-grenoble-panique-a-lhotel-de-ville/

le tableau du compte de gestion de Grenoble est accablant: jusqu'en 2008 avec le PS/PC et les Verts/Ades qui gèrent Grenoble ensemble il est négatif, après la hausse massive d'impôts de 2008 il redevient positif 4 ans et après la dilapidation de l'argent public il redevient négatif !

le tableau du compte de gestion de Grenoble est accablant: jusqu’en 2008 avec le PS/PC et les Verts/Ades qui gèrent Grenoble ensemble il est négatif, après la hausse massive d’impôts de 2008 il redevient positif 4 ans et après la dilapidation de l’argent public il redevient négatif !

AVEC E.PIOLLE (Verts/PG) GRENOBLE A FAIT UN BOND DANS L’ENDETTEMENT

Il ne précise pas que Grenoble est probablement devenue la première ville de France aussi pour la dette par habitant grâce à ses emprunts de ces deux dernières années. La journaliste Anne-Charlotte Dusseaulx, ignorante de l’histoire communale et des faits, le laissant d’ailleurs déverser ses contre vérités sans le contredire.

AC DUSSEAULX ( JDD) NE SAIT PAS QUE LES VERTS/ADES ONT CO-GÉRÉ GRENOBLE et L’AGGLO

La journaliste du JDD ne sait pas qu’après 13 ans de gestion Destot (PS) avec les amis Verts/Ades d’Eric Piolle, en 2008 il a fallu augmenter les impôts des Grenoblois de + 10 %.  Pas en 1995 en succédant à Carignon… « le modèle de fuite en avant » n’est donc pas daté de 2008.

E.PIOLLE:   » ON A RATÉ le TRAIN de l’INTERCOMMUNALITÉ IL Y A 15 ANS  » (!)

Anne-Charlotte Dusseaulx ne sait pas non plus que les co-listiers d’Eric Piolle Raymond Avrillier (Verts/Ades), Gilles Kuntz et d’autres avaient des responsabilités éminentes à la Métro entre 2001 et 2008 (dont des Vice Présidences) et cogéraient Grenoble et l’agglomération avec le PS. C’est à cette période qu’Eric Piolle fait remonter le fait « Grenoble porte la métropole a elle toute seule ».  Ajoutant: « A Grenoble, on a raté le train de l’intercommunalité il y a quinze ans. »

Merci à ses amis-là dont Maryvonne Boileau, M.Girod de L’Ain, Pierre Kermen, Vincent Fristot, Bernard Macret, Claire Kirkyacharian élus Verts/Ades qui ont été déjà aux responsabilités à cette période et qui sont dans sa liste ou aux responsabilités municipales encore aujourd’hui.

<<< un-fonctionnement-corrompu-par-le-nepotisme/

 LES GRENOBLOIS SONT LES NOUVEAUX NANTIS POUR E.PIOLLE

Ensuite Eric Piolle explique grosso modo que les Grenoblois qui paient les impôts les plus élevés de France sont en quelque sorte des nantis. Il veut donc  enlever aux services publics « une part de magie ». La bibliothèque Hauquelin, Prémol, la  Maison de quartier de la Bajatière, les agents de sécurité à la sortie des écoles ou un bon service de prévention de santé scolaire c’est une « part de magie » a supprimer.

D’ailleurs « il y a plein de choses à inventer pour améliorer la lecture publique sans forcément garder des bibliothèques ».

<<< /bibliotheque-hauquelin-eric-as-tu-du-coeur/

LA CULTURE N’EST PAS SA PRIORITÉ

Eric Piolle confirme qu’il continuera à s’attaquer au budget de la culture qui n’est pas sa priorité: « ceux qui me disent que la culture est le barrage contre le vote Front national, je leur dis que la région Nord-Pas-de-Calais avait une politique culturelle extrêmement développée, or le FN a fait 40% « .

Il justifie la baisse des budgets culturels dans un salmigondi de mots plutôt inquiétants au final : « comment on sort d’un modèle de démocratisation de la culture, qui a permis beaucoup de choses, mais qui, petit à petit, nie la culture au sens large. » (!) .

http://grenoble-le-changement.fr/2016/02/02/2928/

Wantedils ont ruiné Grenoble ensemble

LE RABOTAGE COMPTABLE DEVIENT « L’INVENTION D’UN NOUVEAU MODÈLE »

Enfin Eric Piolle continue d’habiller ses ridicules mesures comptables de rabotage des services sans aucune prise en compte de la réalité sociale des quartiers en difficultés , avec sa Suffisance habituelle. Voilà que la fermeture de 2 bibliothèques, la suppression de services, l’éloignement de  services de la population, autant de mesures qui sont à l’opposé radical des engagements solennellement pris devant les électeurs – au nombre de 120 – prouvent qu’il est en train « d’inventer et de mettre en pratique un nouveau modèle ».

<<< stationnement-payant-les-grenoblois-fuient-la-ville/

MAIS IL N’OSE PLUS AFFIRMER FAIRE ENTRER GRENOBLE dans le XXI eme SIÈCLE

Reconnaissons qu’Eric Piolle n’ose plus affirmer qu’il fait « entrer Grenoble dans le XXIeme siècle » .

Mais à la fin quand même lorsque la journaliste lui demande « A Grenoble, vous attendez-vous à une rentrée agitée ? » on voit bien qu’il est sonné et sur la défensive: « Nous assumons collectivement tout cela, nous gardons le cap (…) en prenant en compte la réalité financière qui est la nôtre. »  On a connu le Grand Timonier plus allant.

La campagne « ils ont ruiné Grenoble » se trouvait donc totalement justifiée par anticipation par Eric Piolle lui-même.  Mais il voudrait faire oublier la part essentielle que ses amis y ont pris et cacher l’accélération qui a été la sienne depuis 2 ans. Ce n’est plus possible grâce à la campagne engagée.

<<< ils-ont-ruine-grenoble/

 

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *