E.PIOLLE JETTE les 2184 SIGNATURES du « TRICYCLE » AU PANIER

DERRIÉRE LES SOURIRES, ILS SE DÉCHIRENT....
Y.MONGABURU (Verts/Ades) INVENTE L'AGENCE de... L'IMMOBILITÉ

 

Faut il que l’extrême gauche et la gauche locales exercent encore une part de magistère pour qu’un collectif d’acteurs de la vie culturelle s’incline si facilement devant les diktats de la municipalité Piolle (Verts/PG)

En effet par un tour de passe passe sorti du chapeau , la municipalité a tout a coup érigé des règles pour les pétitions ! Leur sujet, la forme doivent être agréées par ceux-là même dont la décision est contestée.

LE RISQUE D’ÊTRE FICHÉ par L. COMPARAT (Verts/Ades)

De plus,  pour signer la pétition exprimant un désaccord avec la politique de Piolle , on doit même le faire savoir sur le site de la ville en fournissant son adresse et son mail ! Ainsi un employé communal, un responsable d’association, un chef d’entreprise, tous ceux qui de prés ou de loin on des rapports avec la mairie sont fichés par la municipalité sous la houlette de la très modérée et transparente Laurence Comparat (Verts/Ades) de sa branche dure qui s’occupe officiellement de « l’accès des citoyens à l’information ». Avec les résultats que l’on voit.

http://www.grenoble-le-changement.fr/2016/01/02/theatre-une-petition-demande-a-e-piolle-vertspg-de-revenir-sur-sa-decision-brutale/

C.Bernard ( Verts/Ades) Adjointe sans pouvoir aux cultures regarde passer les trains et applique la discipline sans nuance( ici avec des durs tels Fabien Malbet, L.Lheureux,A.Back) en train de lever la main comme un seul homme pour approuver E.Piolle.

C.Bernard ( Verts/Ades) Adjointe sans pouvoir aux cultures regarde passer les trains et applique la discipline sans nuance( ici avec des durs tels Fabien Malbet, L.Lheureux,A.Back) en train de lever la main comme un seul homme pour approuver E.Piolle.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE A ORGANISÉ L’ÉTOUFFEMENT PAR LA BUREAUCRATIE

Le collectif le Tricycle ayant eu le malheur d’engager sa pétition avant que les règles aient été définies par elle ( la municipalité a volontairement attendu 2 ans !) les 2184 signatures qu’il a recueilli sont jetées au panier. Elles n’ont pas voix au chapitre.

La municipalité Piolle a organisé avec minutie un étouffement par la bureaucratie et les normes, une course de lenteur qui a pour objet de fatiguer les citoyens qui n’ont pas le temps de suivre les méandres des usines à gaz, ni d’attendre la conclusion des comités Théodules qui se succèdent. Un système d’inspiration très soviétique dans son essence.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/08/12/9552/

LES 2000 SIGNATURES SONT UNE HAIE SUPPLÉMENTAIRE

Rappelons que le seuil de 2000 signatures pour porter une question au Conseil Municipal est également une haie supplémentaire créée pour freiner toute spontanéité dans le débat local. Traditionnellement en effet depuis la municipalité Carignon, les collectifs qui se présentaient devant les séances du Conseil Municipal étaient autorisés à s’exprimer lors d’une suspension de séance.

DEPUIS le MÉCONTENTEMENT des SALARIÉS de GEG, ELLE A FERME LES PORTES

C’est d’ailleurs ce que la municipalité Piolle avait d’abord organisé elle même lors du premier Conseil Municipal en faisant envahir la salle par des étrangers en situation irrégulière, leur donnant complaisamment la parole, Eric Piolle les invitant à s’exprimer depuis la table du Maire.

http://www.republicains38.fr/grenoble-e-piolle-vertspg-rate-son-entree/

Ce n’est qu’après l’intervention des salariés de GEG mécontents de leur employeur municipal que la coalition municipale Verts/PG/Ades a revu de fond en comble la question de l’intervention directe de la population au Conseil Municipal. Jusqu’au paroxysme, la séance du 18 juillet tenue sous la protection des CRS…

http://www.republicains38.fr/geg-les-salaries-rejettent-l-enfumage-de-e-piollevertspg/

LE COLLECTIF du TRICYCLE VICTIME de la REPRISE EN MAINS…

Le collectif le tricycle est victime d’une double reprise en mains :  l’étouffement de tout débat qui ne soit pas agréé, formaté par la coalition municipale. Secondement  la volonté de maitriser le maximum de programmation théâtrale afin d’être maitresse de ce qui doit pénétrer la part disponible du cerveau des Grenoblois. C’est pourquoi elle lui a retiré la programmation des Théâtres 145 et de Poche.

http://grenoble-le-changement.fr/2016/02/02/2928/

… COMME LE THÉÂTRE MUNICIPAL, le PALAIS des SPORTS

Avec le Théâtre municipal, le Palais des Sports également municipalisé – la programmation est effectuée en direct par O.Bertrand (Verts/Ades) – la  journée des Tuiles aux affiches municipales signées « les révolutions » (!) la municipalité met à sa botte le maximum d’instruments publics.

A voir le mécontentement et la colère, il ne semble pas que ces méthodes d’un autre temps soient une complète réussite.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *