TAGS: « A QUOI TIENT CETTE SPÉCIFICITÉ GRENOBLOISE ? »

La question est maintenant aussi sérieusement posée par Grenoble-Agglo le blog de Denis Bonzy ce qui témoigne que la prise de conscience s’accentue au fur et à mesure que ce  phénomène Grenoblois s’étend à toute l’agglomération.(19/08/16)

La politique de la ville-centre à des effets négatifs sur tous les sujets: son laxisme sur l’insécurité étend celle-ci ; sa bétonisation forcenée qui est devenu une politique de la Métro gagne toutes les communes; le matraquage des taxes et des tarifs se retrouve avec les + 19 % d’augmentation de la taxe des ordures ménagères pour tous les foyers de l’agglomération.

UN MÉPRIS des POPULATIONS

Notre collectif a très souvent dénoncé la dégradation de la ville sur la base du témoignage et des images que nous transmettent les grenoblois effarés. Il est heureux que des couches de plus en plus larges dénoncent ce mépris des populations.

<< /grenoble-obtenir-nettoyage-tags/

« A GRENOBLE LES TAGS SONT PARTOUT »

Denis Bonzy s’interroge lui aussi sur les Tags  : « à quoi tient cette spécificité grenobloise ? Plus rien n’échappe aux tags dans l’agglomération grenobloise. A Grenoble, les tags sont partout. Vous allez au bout de la rue Jean Macé et ce sont des wagons entiers de la SNCF qui sont tagués. Puis, vous vous rendez Impasse du Repos, c’est la totalité de l’ancienne halle de tennis qui est … taguée. Vous allez à la Fontaine Ardente à St Barthélémy du Gua, une benne à récupération de déchets est … taguée. Vous allez sur la Commune de St Paul de Varces, à l’entrée de la Commune, l’abri bus est … tagué. Et la liste est interminable. Tout est tagué dans l’agglomération grenobloise. Ce qui n’est jamais comparable à Bordeaux, Toulouse, Lyon … D’ordinaire, la présence de tags est signe d’abandon d’un quartier ou d’un bâtiment. Prenons l’exemple de Marseille et du quartier des Docks. Il fut tagué avant sa réhabilitation. Il ne l’est plus depuis que le quartier vit. »

<< rejoignez-nous-dans-la-guerre-contre-les-tags/

« DANS L’AGGLOMÉRATION LES COMMUNES ONT BAISSÉ les BRAS »

Et d’ajouter :  » Dans l’agglomération grenobloise, les Communes ont baissé les bras. Mieux (ou pire selon les appréciations), certaines ont élevé le tag au rang de … l’art.  Alors que très souvent le tag est d’abord une pollution visuelle, voire même une forme d‘agression visuelle d’autrui. Il est aussi une privatisation stigmatisante d’un espace public. C’est une forme de violence visuelle qui s’approprie le domaine public. Il est parfois même une marque sur une propriété privée sans l’accord du … propriétaire. Le soir, à l’exemple du cours Berriat à Grenoble, remonter la rue rideaux commerciaux baissés, c’est une exposition permanente de tags sur des espaces privatifs. »

<< championnet-me-sens-chasse-de-chez-moi-cette-ville/

UNE COMMUNE A FAIT CONDAMNER LES TAGUEURS

Denis Bonzy cite une commune de l’agglomération qui, en s’attaquant aux tagueurs, a  obtenu 16 320 € à titre de dommages intérêts, 300 € à titre de préjudice d’image et 300 € pour les frais d’avocat. Des particuliers ont obtenu des réparations allant de 20 à 300 €.  . Estimant « Comme quoi quand une volonté publique existe, des actions concrètes peuvent être conduites… Mais encore faut-il qu’il y ait une véritable volonté publique et non pas des mots sans le moindre effet dès le lendemain. »

le témoignage de Denis Bonzy:

http://grenobleagglo.tumblr.com/post/149163406620/tags-à-quoi-tient-cette-spécificité-grenobloise

Avec cet auto-collant c'est la seule fois ou la municipalité Piolle avait menacé de faire payer le nettoyage !

Avec cet auto-collant c’est la seule fois ou la municipalité Piolle avait menacé de faire payer le nettoyage !

Nous l’avons, nous, la réponse sur le pourquoi de cette « spécificité grenobloise ». Les gauchos grenoblois veulent se mouvoir dans  une « culture » faussement subversive (car tellement convenue) espérant créer un climat favorable à leurs thèses et qui peut contribuer à faire fuir un électorat de droite et du centre

E.PIOLLE S’EST ÉMU UNE FOIS de la PROPRETÉ: A CAUSE D’AUTO-COLLANTS HOSTILES!

Pas de chance donc que la municipalité Piolle (Verts/PG) suive l’exemple d’une municipalité répressive. La seule fois ou elle s’est émue des atteintes à l’environnement de la ville c’est lorsque les Républicains et des membres de notre collectif ont lancé une campagne … contre elle et la dégradation de la ville. Un auto-collant dénonçait aussi l’actionnaire Piolle à Singapour. Un crime de lèse-majesté.

http://www.republicains38.fr/lump38-e-piolle-ne-comprend-pas-la-colere-qui-monte/

Avec la rentrée qui s’annonce et la campagne d’information que nous lançons il n’est pas exclu que la municipalité Piolle retrouve temporairement des vertus à la propreté de la ville!

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *