PIOLLE: C’EST ROCKTAMBULE QU’ON ASSASSINE

E.PIOLLE et C.COUTAZ : APRÈS LA MARSEILLAISE, le MÉPRIS des VICTIMES de MUNICH ...
ÉCOLE du JARDIN de VILLE: "L'AFFAISSEMENT NE S'AGGRAVE PAS" pour O.BERTRAND (Verts/Ades)

25 000 €. C’est la somme qui a manqué pour que perdure le Festival Rocktambule à Grenoble. Un festival qui s’autofinançait entre 70 et 90 % suivant les années. En mettant ces 25 000 € sur la table la municipalité Piolle (Verts/PG) entrainait le département qui était OK , pouvait faire suivre la Métro et la Région aurait eu du mal à demeurer à l’écart. Alors les 100 000 € étaient atteint.

 » PASSÉISTES » CEUX QUI PENSAIENT UTILE et POSSIBLE de MAINTENIR ROCKTAMBULE ?

Le Maire phare de la municipalité qui fait entrer Grenoble dans le XX I eme siècle n’a pas su traiter ce dossier non plus. « Passéistes » , comme les défenseurs des bibliothèques, ceux qui pensaient utile et possible de maintenir ce festival qui a fait la preuve de son succès et de son éclectisme?

O.BERTRAND (Verts/Ades) A LAMBINÉ, TERGIVERSÉ, TRICHÉ COMME à SON HABITUDE

Olivier Bertrand l’élu (Verts/Ades) qui se substitue à une Corinne Bernard défaillante a fait lambiner, a tergiversé, a triché comme à son habitude faisant semblant d’attendre les autres collectivités alors que la ville doit être leader dans ce type de dossier si elle veut défendre l’un de ses enfants. Il suffit de lire Fabrice Hugelé le Vice Président (PS) de la Métro qui annonce dans la même phrase que la Métro n’a pas de compétence culturelle, mais dispose de 500 000 € pour les festivals et auquel il reste 55 000 € à distribuer . En mettant ses 25 000 € la municipalité qui gouverne aussi la Métro pouvait facilement obtenir sa contribution.

http://www.republicains38.fr/mc2-rocktambule-le-ciel-la-culture-grenobloise-a-la-renverse/

POUR LE STREET ART PIOLLE A DÉSIGNÉ LES « SPONSORS »

D’ailleurs s’agissant du Street Art la municipalité a bien trouvé 175 000 € de  » sponsors » qui s’appellent Actis ( Président Piolle) Grenoble-Habitat ( présidente M.Boileau) le SMTC ( président Y.Mongaburu) . Tous Verts/Ades, le clan qui dirige.

Ce qui faisait dire sans rire à Jérôme Catz, propriétaire de SpaceJunk, l’organisateur:  » Aujourd’hui, je ne pense pas qu’un projet culturel doit être financé à 100% par la collectivité publique. Cette façon de faire ne marche plus. L’argent n’a pas disparu, il s’est juste déplacé : il faut aller le chercher là où il est. » (!).

Les locataires sociaux des organismes de HLM et les usagers des transports en communs seront heureux d’apprendre qu’ils sont là ou est l’argent…

<< shame-art-fest-cout-200-000-e-paye/

LA VIE CULTURELLE GRENOBLOISE RÉTRÉCIT ENCORE

Rocktambule n’a pas bénéficié de l’onction Papale locale. Le Grand Timonier ne s’est pas arrêté à si peu. Il est tourné vers 2050 horizon pour lequel il a des solutions précises et sures.

Avec la disparition du festival Rocktambule c’est encore la vie culturelle grenobloise qui rétrécit, se rétracte. Les musiques nouvelles avaient bénéficié d’une formidable avancée avec la création de la salle de répétition  » Le Ciel » par la municipalité d’Alain Carignon très avance sur ces sujets aussi.

<< /culture-a-grenoble-alain-carignon-recadre-la-municipalite/

 » CETTE POLITIQUE DU POURRISSEMENT »

Aujourd’hui la municipalité Piolle ferme aussi cet espace de travail et de liberté. Comme elle ferme la bibliothèque l’Alliance créée par cette même municipalité quartier Alliés-Alpins.

« Je suis déçu, confie Grégory Signoret, directeur du PMI. « C’était un beau projet, et ça s’arrête(…)  le plus détestable sem­ble être au final cette politique du pourrissement, du non­ choix, qui conduit inévitable­ment au « ce n’est pas ma fau­te ».” Une absence de répon­se qui serait en fait un choix politique selon le directeur du collectif qui regrette d’avoir perdu autant de temps. Mais, cynique,  la municipalité voulait avancer le plus loin possible dans l’été.

Gregory SIGNORET:  » EN COLÉRE CONTRE LA MÉTROPOLE et la VILLE »

« Je suis quand même un peu en colère contre la Métro­pole et la Ville, »  ajoute Grégory Signoret ( DL du 23/7/16). Il ne devrait pas l’être qu’un peu. Car chaque jour Grenoble perd.  Il faut dire que les acteurs culturels ont joué en ordre dispersé. Quand la municipalité Piolle a tordu le cou aux Musiciens du Louvre elle a fait savoir discrètement que c’était pour favoriser Rocktambule. Maintenant elle peut le sacrifier. A qui le tour après le tricycle, la Chaufferie, le Ciel et le cercle des festivals disparus?

http://www.republicains38.fr/les-festivals-la-municipalite-piolle-vertspg-sexerce-aux-tirs-selectifs/

A.CARIGNON:  » ENCORE UNE MAUVAISE NOUVELLE POUR LE FOISONNEMENT CULTUREL »

« Encore une mauvaise nouvelle pour le foisonnement culturel de la ville  » a commenté Alain Carignon qui avait déjà apporté son soutien au « Ciel » la salle qu’il a créé. Ajoutant « je trouve incompréhensible que le Maire prive Grenoble d’un tel festival ».

<< /alain-carignon-soutien-a-ceux-qui-veulent-sauver-le-ciel/

Et en cet été 2016 il semble que la municipalité Piolle liquide tout ce qu’elle peut  afin de normaliser la ville sur ses seuls critères politiques, espérant que la léthargie estivale permettra de faire passer ses forfaits.

<< les-crs-ont-assure-un-repit-a-e-piolle-vertspg/

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *