LES AGRESSEURS des 6 ÉTUDIANTS LOGÉS GRATUITEMENT par E.PIOLLE

PIOLLE SIGNE L'IMPOSTURE VERTE !
V.FRISTOT (Verts/Ades) DOIT STOPPER L'ESPLANADE, BERRIAT, ABBAYE, la PRESQU'ILE...

 

Les chalets du Rondeau installés pour 200 000 €: les 55 000 € de fonctionnement ne permettent pas de contrôler l'origine des ressources?

Les chalets du Rondeau installés par E.Piolle pour 200 000 €.  les 55 000 € de fonctionnement ne permettent pas de contrôler l’origine des ressources?

En 3 mois 6 étudiants ont été attaqués violemment selon le même mode opératoire à savoir en étant suivis le soir dans le Tram au moment ou ils rentraient sur le campus a révélé le DL (9/6/16). Chaque fois roués de coups, frappés systématiquement au visage alors qu’ils étaient à terre. Deux victimes sur 6 ont perdu connaissance et ont subi un traumatisme crânien. Grâce à la vidéo surveillance qui subsiste encore dans le tram la police a pu identifier des suspects dont deux adolescents qui rentraient le soir après leurs forfaits pour rapporter leur butin au camp du Rondeau ou ils vivent.

200 000 € POUR LES CHALETS du RONDEAU et 55 000 € PAR MOIS de FONCTIONNEMENT

Ces agresseurs sont donc logés par Eric Piolle et Alain Dennoyelle (Verts/PG) son Adjoint au social  qui, après le démantèlement du bidonville Esmonin,  ont installé 22 chalets ( 200 000 €) avec des sanitaires, des douches, un espace commun pour les animations ( 30 000 €) et surtout avec un accompagnement y compris social dont le coût estimé était de 55 000 € par mois.

Au moment ou la municipalité Piolle coupe les moyens au quartiers et frappe les familles moyennes.

L’accompagnement impliquait  un suivi afin d’aider les personnes concernées  bien entendu mais également une surveillance pour assurer la sécurité des Grenoblois.

<< /le-conseil-general-ump-ne-financera-pas-les-chalets-du-rondeau/

Alain CARIGNON: « LA RESPONSABILITÉ du MAIRE EST ENGAGÉE »

Dans un communiqué diffusé samedi, Alain Carignon a mis en cause « la responsabilité du Maire engagée puisque le système a failli. Quel contrôle est effectué au quotidien au Rondeau sur les ressources et le niveau de vie des familles? Quelles sanctions seront prises à l’égard de ceux qui manquent au devoir de respect de nos règles de vie commune alors que la collectivité publique pourtant exsangue leur offre la chance et les moyens de s’assimiler à notre pays ? » demande t il au Maire.

UN CRITÈRE DE TRANQUILLITÉ DU QUARTIER DANS LES ATTRIBUTIONS de LOGEMENTS

Parmi ses 10 mesures immédiates proposées aux Grenoblois et qui ont rencontré un large écho figurait notamment la création d’un « critère de tranquillité d’un quartier dans la politique d’attribution des logements sociaux ». Cela vaut encore plus pour des chalets offerts gracieusement à des familles.

<< a-carignon-10-mesures-pour-faire-redemarrer-grenoble/

500 000 € à MISTRAL, 5000 € PAR SEMAINE à TEISSEIRE, 150 000 € au LYS ROUGE…

La municipalité Piolle ne peut pas continuer à fermer les yeux : les révélations des dernières affaires judiciaires après la fusillade de Teisseire sur les sommes qui circulent dans la cité, la caution de 500 000 € d’un prévenu de Mistral réglée en espèces par ses amis, les 150 000 € découverts auparavant au Lys Rouge dans un appartement HLM exigent que le Président de l’OPHLM, en l’occurrence Eric Piolle effectue des contrôles et tire les conséquences de ces faits en matière d’attributions de logements. Le candidat PS avait fait mine de découvrir «la réalité très forte de l’économie parallèle» un mois avant les élections. Il n’est pas souhaitable de faire de même dans 4 ans.

<< locataire-des-hlm-de-e-piolle-il-paie-sa-caution-500-000-e-en-especes/

« LA POLITIQUE SOCIALE DOIT INTÉGRER LA RÉCIPROCITÉ DANS LE RESPECT »

Alain Carignon estime que « la politique sociale Grenobloise est à repenser complètement en intégrant la réciprocité dans le respect et la sanction pour les manquements sous peine de faire encore beaucoup de victimes dans les quartiers et parmi les Grenoblois. »

LES 6 VICTIMES ÉTUDIANTES: UNE ACTION EN RESPONSABILITÉ DES ÉLUS?

En attendant ces mesures, les 6 étudiants odieusement frappés seraient en droit d’engager une action en responsabilité collective des élus qui ont pris ces décisions. Enfin E.Piolle mesurerait les conséquences de ses leçons de morale qui ne comportent ni contrôle, ni contrepartie et sont données sur le dos du contribuable.

<< agglo-apaisee-63-de-delinquance-a-grenoble-par-rapport-aux-villes-comparables/

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *