ALPEXPO: Alain CARIGNON VEUT UNE RUPTURE avec l’ÉCONOMIE MIXTE

GALTIER/LIBÉRATION: V.FRISTOT (Verts/Ades) "CONCERTE" LE PLUS LOIN POSSIBLE du QUARTIER
EXCLUSIF: E. PIOLLE VA METTRE DES ROULETTES À SON VÉLO
Alain Carignon qui travaille avec des groupes de citoyens grenoblois avance ses propositions sur Alpexpo compte tenu de l'urgence du dossier

Alain Carignon qui travaille avec des groupes de citoyens grenoblois avance ses propositions sur Alpexpo compte tenu de l’urgence du dossier

« Nous nous étonnons de l’échec » de l’appel d’offres pour la gestion d’Alpexpo a déclaré Anne-Sophie Olmos (Verts/PG) lors du dernier conseil municipal. En effet le seul candidat réclamait 2,5 M€ de subvention annuelle  compte tenu de l’état du palais des Expositions et de la situation de Grenoble!

<< /alpexpo-la-note-accablante-pour-la-gestion-psverts/

Grenoble a un tel retard en matière d’investissement pour les expositions, son palais des congrès est obsolète -il n’y a plus de congrès- et le « Summum » créé par la municipalité Carignon n’a pas été rénové depuis 25 ans! Les parkings sont sous utilisés, mal gérés, créateurs de nuisances et insuffisants en cas d’affluence.

<< alpexpo-e-piolle-vertspg-coule-le-titanic-grenoblois/

6,5 € DE DÉFICIT EN 3 ANS, 1,3 M€ d’EXONÉRATIONS de la VILLE CETTE ANNÉE !

Malgré cet échec Eric Piolle et Klauss Habfast (Verts/PG)  ont vanté les mérites de leur gestion qui aura produit un déficit de 6,5 M€ en 3 ans et annoncé le « redressement » camouflant 1,3 M€ d’exonération de dettes et de loyers à Alpexpo cette année, payée par le contribuable Grenoblois.

<< /alpexpo-e-piolle-vertspg-veut-empecher-le-depot-de-bilan/

Dans la panique, après l’échec de son projet de sauvetage par des repreneurs qui devaient se précipiter attirés par notre municipalité phare, le Maire annonce à la hâte un projet public fait de bric et de broc qui cumule tous les inconvénients.

La municipalité Carignon a fait réaliser l'échangeur d'Alpexpo pour booster cette zone économique: un investissement important qui ne doit pas être perdu

La municipalité Carignon a fait réaliser l’échangeur d’Alpexpo pour booster cette zone économique: un investissement important qui ne doit pas être perdu

LA MUNICIPALITÉ VEUT CONSTRUIRE de NOUVEAUX LOGEMENTS SOCIAUX au SUD

Le premier serait de réduire les capacités d’une réserve foncière exceptionnelle et irremplaçable dédiée exclusivement au développement économique de Grenoble par les expositions et les congrès.

Vendre des parcelles pour densifier encore le sud de la ville en logements sociaux – les seuls réalisables compte tenu de l’environnement dégradé du secteur – relève d’une irresponsabilité coupable.

L’ÉCHANGEUR D’ALPEXPO A ÉTÉ CRÉÉ POUR BOOSTER une ZONE ÉCONOMIQUE

Mettre 400 logements à la sortie de  l’échangeur d’Alpexpo réalisé par la municipalité Carignon pour desservir et booster une zone économique est un non sens et relève de la courte vue. Réduire un outil de développement superbement bien desservi  serait un signe supplémentaire que Grenoble se rétracte, abandonne toute grande ambition pour l’avenir.

Grenoble ne doit pas réduire les capacités d’une zone  exceptionnelle et irremplaçable dédiée exclusivement au développement économique de Grenoble par les expositions et les congrès.

GRENOBLE AURAIT UN PARC D’EXPOSITION à la DIMENSION de CHAMBÉRY, PAS de LYON…

Réduire le parc des expositions à la dimension de celui d’une ville comme Chambéry qui envisage, elle, d’agrandir le sien, signifie placer Grenoble en dessous d’une ville moyenne.

Déjà la suppression de la prolongation du tram que la municipalité Carignon avait réalisé jusqu’au Palais des Congrès avait démontré le désintérêt de la municipalité Destot pour les congrès. Descendre du train et arriver directement devant la porte du Palais des Congrès était un atout considérable qui a été perdu.

« GRENOBLE A BESOIN D’UNE VRAIE RUPTURE et NON PLUS des FUITES EN AVANT »

Alpexpo pâtit d’une gestion désastreuse depuis une vingtaine d’années et a été victime d’une gabegie sans précédent de la part des élus PS et Verts.

<< /alpexpo-e-piolle-vertspg-va-t-il-saisir-la-justice/

De son côté la ville qui ne peut plus augmenter ses impôts les plus élevés de France, dont les dépenses de fonctionnement sont les plus importantes de sa strate et qui est devenue maintenant également la première pour la dette est financièrement asphyxiée.

<< /impots-dette-fonctionnement-grenoble-1-ere-de-france/

Compte tenu de l’urgence du dossier Alpexpo, Alain Carignon qui travaille avec des groupes de citoyens et au sein des Républicains de Grenoble sur l’avenir de la ville a décidé d’avancer ses propositions sur ce dossier.

Pour lui :  « Grenoble a besoin d’une vraie rupture et non plus de ces fuites en avant successives qui reportent sur les municipalités suivantes le poids de la dépense et de la dette.

« IL MANQUE 750 000 NUITÉES/HÔTEL à GRENOBLE POUR ÊTRE DANS la MOYENNE des VILLES »

« S’agissant d’Alpexpo cette rupture passe par la fin de la gestion publique des expositions et des congrès. Mais pas a moitié comme l’échec de la gestion déléguée l’a montré. Car il est trop tard.

« La dégradation est en effet trop forte et très préoccupante : il manque 750 000 nuitées par an à Grenoble pour se situer dans la moyenne des villes de sa catégorie et le taux de remplissage des hôtels est l’un des plus bas de France. L’attractivité est en berne, l’image de la violence et de l’insécurité domine et produit aussi des effets répulsifs tout comme la paralysie organisée de l’accès à la ville.

<< tourisme-il-manque-750-000-nuitees-a-grenoble/

 » DES INVESTISSEMENTS ÉLEVÉS POUR RATTRAPER les RETARDS »

« Expositions de niveau international, congrès dans des conditions modernes nécessitent des investissements élevés pour rattraper les retards, exigent des décisions rapides qui doivent mettre fin aux atermoiements et aux projets impuissants qui se succèdent au fur et à mesure des fiascos.

« L’attelage » – comme l’appelle le candidat PS grenoblois – qui gère la Métro n’est évidemment pas en mesure de faire face à ces défis n’ayant ni cap, ni autorité, d’autant que « la fin du dogme de la croissance » qui figure dans les choix idéologiques imposés par la municipalité de Grenoble ne l’aide pas.

« LA VILLE DOIT ENTRER DANS UN CYCLE DYNAMIQUE et VERTUEUX »

« Le dossier est inextricable dans ces mains prisonnières d’alliances, d’à priori, de préoccupations à des années lumière de la vie économique. Les bricolages et les recettes du passé avec cette fausse « économie mixte » dont la seule mixité consiste à faire supporter au contribuable les décisions d’élus incompétents et les bénéfices à des prestataires privilégiés ne sont plus de mise.

« Aujourd’hui la ville ruinée, qui ne peut même plus sauver le patrimoine municipal, doit entrer dans un cycle dynamique et vertueux, choisir des options lui permettant à la fois de bénéficier de recettes nouvelles, de relancer l’activité économique et de faire des économies de fonctionnement dans la durée.

« AFFECTER le FONCIER à UNE SEULE VOCATION et LANCER UN APPEL D’OFFRES INTERNATIONAL »

« Dans cette optique Je propose donc que la totalité du foncier du site soit gelé dans les documents d’urbanisme en étant affecté à une vocation unique des expositions et des congrès.
Je propose que ce foncier public  fasse l’objet d’un appel d’offres international pour être mis sur le marché.

« LE PRIVÉ ACQUÉREUR de CE FONCIER RÉALISERAIT les INVESTISSEMENTS »

« Le privé acquéreur de ce foncier aurait à réaliser les investissements colossaux nécessaires pour que Grenoble redevienne une grande ville d’expositions et de congrès. Au passage ces travaux seraient les bienvenus pour alimenter l’emploi dans les entreprises qui attendent des marchés depuis des mois.

« LA RECETTE DEVRAIT ÊTRE AFFECTÉE AU DÉSENDETTEMENT de la VILLE »

« La recette conséquente de cette vente serait affectée par la ville à son désendettement car Grenoble est désormais paralysée par sa situation financière unique en France pour les villes de 100 à 200 000 habitants: elle est la dernière de la classe sur les trois critères clefs de la gestion: l’impôt, le fonctionnement et la dette. Cela ne peut plus durer non plus.

le bâtiment et les travaux publics manifestants pour l'emploi à Grenoble alors que la municipalité Piolle bloque tous les grands dossiers

le bâtiment et les travaux publics manifestants pour l’emploi à Grenoble alors que la municipalité Piolle bloque tous les grands dossiers

« RENOUER AVEC L’AMBITION de la PROSPÉRITÉ »

Pour Alain Carignon « l’objectif est de renouer avec l’ambition et la prospérité. Elle n’a pas vocation à régresser chaque jour d’avantage, à perdre des emplois et à se paupériser.

<< k-habfast-vertspg-veut-quelques-usines-en-moins/

« Comme nous avons gagné des batailles nationales et internationales (Musée National, Synchrotron, ST Micro ..) elle doit attirer les plus importants congrès et expositions à l’échelle internationale en s’appuyant sur son environnement naturel unique de montagne.

« Pour ce faire elle doit se doter des outils modernes et adaptés que la puissance publique est malheureusement aujourd’hui dans l’incapacité de réaliser.

« SAUVER CE SECTEUR A UN FORT IMPACT SUR L’EMPLOI »

« J’ai bien conscience que cet îlot de prospérité créé dans une climat général local qui freine tout développement ne serait pas tout. Mais sauver au moins ce secteur économique au fort impact sur notre commerce, notre activité hôtelière et sur l’emploi montrerait que tout n’est pas perdu à Grenoble.

« OU BIEN UNE TERRIBLE MARCHE ARRIÈRE POUR GRENOBLE »

« Dans le cas contraire la politique à la petite semaine consistant à détruire l’outil qui a été construit pas à pas par les municipalités successives, supprimer le Palais des Congrès et donc donner un nouveau signal négatif à l’extérieur, accentuer la pression du logement social dans le sud de la ville qui explose déjà, densifier encore derrière les mots de la mixité et de la diversité, serait une terrible marche arrière pour Grenoble.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *