CULTURE: la DÉMISSION INÉLUCTABLE de Corinne BERNARD ( Verts/Ades)

CULTURE: UN CONCERT de PROTESTATION devant l'HÔTEL de VILLE ce VENDREDI
VICTOR HUGO : LES TRACES DU CRIME NETTOYÉES D'URGENCE

Après sa énième bourde  ce matin dans le DL (3/2/16) Corinne Bernard l’Adjointe aux Incultures de Piolle devrait démissionner. Ou plus exactement, comme il l’a fait brutalement avec Gaël Roustan, son directeur de cabinet , il devrait la virer.

L’Adjointe semble jusque là promener ses insuffisances, ses maladresses et  son sectarisme sans risques puisqu’elle appartient au clan Avrillier/Comparat qui détient le pouvoir municipal.

<< crise-a-la-municipalite-e-piolle-vertspg-limoge-son-directeur-de-cabinet/

 » JE CONTESTERAI DE FAçON PRESQUE PROVOCANTE… »

Corinne Bernard explique dans le DL dans un rétropédalage aussi laborieux qu’elle qu’une « lecture rapide de l’article ou je réponds pourrait laisser croire au lecteur pressé que je contesterai de façon presque provocante (!) aux délégataires la capacité de rassembler 2000 signatures de Grenoblois… »

<< grenoble-corinne-bernard-vertsades-adjointe-aux-cultures-erreur-de-casting/

E.Piolle a bien licencié sans ménagement G.Roustan son directeur de cabinet ( à droite) à la demande du clan Verts/Ades d'Avrillier/Comparat auquel F.Langlois, à gauche est lié (photo DL)

E.Piolle a bien licencié sans ménagement G.Roustan son directeur de cabinet ( à droite) à la demande du clan Verts/Ades d’Avrillier/Comparat auquel F.Langlois, (à gauche) est lié (photo DL)

GRENOBLE le CHANGEMENT, LECTEUR RAPIDE…

 » Grenoble, le changement » étant ce lecteur « rapide » qui voyait de la provocation dans la position de la municipalité. Il faut admettre à son crédit qu’il n’est pas à la portée de tout le monde de communiquer sur le fait que  » Grenoble est la seule ville à prendre en compte les pétitions  » au moment ou on réglemente strictement leur objet et leur forme de façon à limiter au maximum ce procédé d’interpellation des citoyens.

LA PETITION du TRICYCLE N’EST PAS EN BONNE et DUE FORME

S’agissant du tricycle elle renvoie au site de la mairie pour affirmer que sa pétition sera bien reçue  » à la condition essentielle que cela soit en bonne et due forme » . Or la pétition du collectif culturel n’est pas en bonne et due forme définie par E.Piolle lui-même et ne comporte donc pas son Sceau.

Elle n’est pas plus recevable que celle du quartier des Eaux Claires, de  » 50 millions d’automobilistes » , des Républicains38 qui ont réuni des milliers de signatures pour un référendum sur la vidéo protection: Grenoble est la seule ville de France à édicter des règles rétroactives . C’est même pour qu’elles s’appliquent aux pétitions qui la dérangent qu’elles ont été édictées.

C.BERNARD NE CHANGE PAS d’UN IOTA.

Si la municipalité Piolle devait faire marche arrière et renoncer pour le Tricycle en acceptant sa forme, il faudrait accepter toutes les autres.

Sur le fond du dossier culturel l’Adjointe aux cultures répète qu’elle ne changera pas d’un iota ( elle ne le peut pas): le débat sur la pétition  » serait pour moi une occasion de partager (!) à nouveau les principes qui portent la politique culturelle de Grenoble ». Pétitionnez, ça ne sert à rien.

REPRISE EN MAINS de la PROGRAMMATION THEÂTRALE

Reprendre dans les mains politiques de la municipalité  le Théâtre 145 et le Théâtre de Poche s’appelle sous sa plume délicate et subtile: un « refus de céder à l’approche gestionnaire « ! Jusque là gérés par une direction collégiale et bénévole, un collectif de huit artistes, issus d’esthétiques et de générations différentes, réunis sous le nom de «Tricycle», ils vont l’être par la municipalité.

Pour Corinne Bernard c’est le « refus de céder à l’approche gestionnaire ». Où elle n’a pas tout compris ( on ne peut rien exclure avec la municipalité Piolle) ou elle se livre à une nouvelle provocation.

<< grenoble-le-changement.fr/2016/02/02/2928/

LE MIEUX EST QU’ELLE DEMISSIONNE

Dans les deux hypothèses le mieux pour la ville serait qu’elle démissionne.  Les protestations – y compris de ses partisans- qu’avait essuyé la municipalité lors de la réunion des acteurs de la vie culturelle avaient déjà démontré qu’elle était essorée par des mois de mensonges et de trahison de ses engagements. La désertion des faux « comités de suivi » prouvent que la lassitude a gagné la grande majorité des intervenants.

Pour lancer une pétition pour la démission de Corinne Bernard il faut en soumettre le texte à E.Piolle pour agrément et le faire sur le formulaire défini par elle. Est-ce possible?

<< petitions-plus-recevables-sans-lagrement-de-e-piolle-vertspg/

UNE VILLE SOUS L’ETEIGNOIR

E.Piolle ne peut pas poursuivre dans cette impasse culturelle. Grenoble mérite mieux que Corinne Bernard , secondée par Olivier Bertrand (Verts/Ades) qui gère, lui, la programmation du Palais des Sports , comme « Guides » d’une politique culturelle à hauteur d’une grande ville.

A moins que, comme avec l’économie, nos Rouge/Verts locaux veuillent vraiment mettre fin la aussi au  » dogme de la croissance ». Dans ce domaine il s’agit de la fin de la diversité et d’une ville sous l’éteignoir. Quel programme!

http:/<< grand+timonier

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *